20 novembre 2018

« Un chez-soi d’abord » : rencontres intersites 2018 à Bordeaux

Les 15 et 16 novembre 2018 se sont tenues à Bordeaux sous l’égide de la Dihal les journées intersites ACT « Un chez-soi d’abord ». Le dispositif propose à des personnes en situation d'errance et souffrant de troubles psychiques sévères ou d'addictions d'accéder à un logement ordinaire directement depuis la rue, moyennant un accompagnement soutenu par une équipe médico-sociale pluridisciplinaire.
 
Ces rencontres réunissent chaque année depuis 2011 l’ensemble des acteurs des sites du « chez-soi » de Lille, Marseille, Paris et Toulouse. Cette première rencontre depuis la pérennisation réunit, outre les villes expérimentales, les professionnels du site de Bordeaux porteurs du programme Oïkéo de l’association ARI depuis 2012.
Les travaux des journées intersites 2018, sur le thème « Former et transmettre », ont été ouvertes par Hélène Junqua, directrice générale adjointe de l’ARS Nouvelle aquitaine, Danielle Dufourg directrice départementale de la cohésion sociale et Dominique Espagnet-Veloso directeur général de l’association ARI-Asaïs, membre du groupement porteur du dispositif bordelais et organisateur des journées.
La centaine de personnes présentes, dont des professionnels de terrain, locataires et directeurs de site, ont pu échanger leurs pratiques via des outils interactifs comme le théâtre forum ou la mise en situation de formation. Ces outils qui facilitent la prise de parole permettent, au-delà de l’acquisition de savoirs et savoir-faire, de partager des savoir-être. Un atelier spécifique a été consacré à la question des soins somatiques. Cette édition 2018 a été très appréciée par les participants. Quelques témoignages encourageants sur ces techniques : « Avec le théâtre forum on nous donne la parole » Valentine locataire sur le dispositif. « Rien de tel que de jouer une situation pour la faire sienne » Sylvie, professionnelle sur le dispositif. La mise en situation de formation « c’est inspirant pour les équipes de terrain de voir que c’est possible » un professionnel sur le dispositif.