Route de campagne
11 janvier 2019 - Actualité

Transports : la loi mobilités sera enrichie de propositions issues du #GrandDébat

L'examen de la Loi d'orientation des mobilités (LOM) au Parlement sera décalé pour pouvoir y inclure des propositions citoyennes issues du Grand débat national.

 

Le 11 janvier, la ministre des Transports, Elisabeth Borne, a confirmé que la Loi d'orientation des mobilités (LOM) sera enrichie, lors de son passage au Parlement fin mars, par des solutions venues du Grand débat. Le Premier ministre l'avait annoncé le 9 janvier : "Nous avons (...) reporté d’un mois l’examen de la loi d’orientation sur les mobilités qui avait fait l’objet d’une très grande concertation, mais qu’il nous a semblé plus juste et plus légitime de reporter, afin de prendre en compte et d’y intégrer, au cours du débat parlementaire, ce qu’il se sera dit pendant le débat."

Présentée fin novembre en Conseil des ministres, la LOM vise à désenclaver les territoires et proposer des alternatives à la voiture. Elle rassemble une palette d'outils dans laquelle élus et opérateurs de transports pourront piocher pour améliorer les déplacements au quotidien. Ce texte, qui propose des solutions de transport plus efficaces, plus propres et plus accessibles, offrira notamment des moyens de se déplacer plus facilement sans voiture individuelle.

Attendre les propositions du Grand débat pour enrichir la Loi mobilités

"Je souhaite que la loi qui sera débattue en mars puisse intégrer les propositions qui émergeront dans le débat", a confirmé la ministre des Transports sur Europe 1.

"J'attends sur ce débat (...) qu'on puisse avoir des échanges avec les Français sur des questions précises", a-t-elle précisé. Questions parmi lesquelles figure le dispositif de la prime à la conversion des véhicules polluants – dans le but d’y apporter des améliorations.

"Il y a des Français qui expriment des difficultés pour se déplacer, ça me concerne, mais aussi le sentiment d'être oubliés dans certains territoires, et c'est vraiment de ça dont on doit parler", a-t-elle souligné.