24 septembre 2018 - Actualité

Tous les élèves de 3e seront formés aux premiers secours en 2022

La volonté du Gouvernement est que tous les élèves de 3e soient formés aux gestes qui sauvent en 2022, a annoncé le porte-parole du Gouvernement, Benjamin Griveaux, au sortir du Conseil des ministres du 24 septembre 2018.
 
Il n'y a pas d'âge pour apprendre les numéros d'urgence. On peut sauver une personne dès le plus jeune âge. Les faits l’ont démontré, plusieurs enfants en bas âge – 4 ou 5 ans - ont sauvé un de leurs proches en appelant les secours. D’autres ont pu adopter les premiers gestes qui sauvent, comme la mise en position latérale de sécurité, en attendant les secours. D’où l'importance d'initier les plus jeunes à faire face à des situations d'urgence.

L’Éducation nationale en première ligne

La volonté du Gouvernement est que tous les élèves de 3e soient formés aux gestes qui sauvent en 2022, a annoncé le porte-parole du Gouvernement, Benjamin Griveaux, au sortir du Conseil des ministres du 24 septembre 2018.

Rappelons que la formation aux premiers secours est obligatoire à l'école :
  • dès la primaire, les enfants reçoivent un enseignement intitulé "Apprendre à porter secours" (APS). Intégré dans les programmes scolaires, il comporte un apprentissage des principes simples pour porter secours.
  • Au collège, le module "Gestes qui sauvent", créé après les attentats de 2015, enseigne en deux heures aux adolescents à faire face à des arrêts cardiaques, des hémorragies, des pertes de connaissance, des plaies graves...
  • Les collégiens et lycéens, notamment ceux ayant un mandat (délégué de classe, élu au conseil de la vie lycéenne...), peuvent bénéficier, à leur demande, d’une formation au PSC1, le premier certificat de formation aux premiers secours, ou au module d’initiation aux "gestes qui sauvent" en fonction des modules proposés par l'établissement
Ce programme s'inscrit dans un plan plus large de "formation généralisée aux gestes de premiers secours, avec un objectif de former 80% de la population aux gestes de premiers secours", a déclaré Benjamin Griveaux qui a précisé que l’ensemble de la sphère publique, des entreprises et du monde associatif, seront parties prenantes.