Le Mont Saint-Michel
14 mars 2019 - Actualité

Tourisme : un gisement d’emplois à exploiter

En déplacement au Mont Saint-Michel le 14 mars 2019, le Premier ministre, Édouard Philippe, a reçu les conclusions de la mission lancée en automne dernier pour développer le potentiel d’emplois dans le secteur du tourisme. Il a aussi lancé une mission ayant pour objectif de permettre à tous les Français de pouvoir partir en vacances.
 
On le sait, la France est une destination touristique très prisée des étrangers. En 2018, ils ont été plus de 90 millions venant de tous horizons, générant des recettes d’un montant de 60 milliards d’euros.

L’effort public de l’État en direction du tourisme se situe actuellement autour de 5 milliards d’euros. Les collectivités territoriales sont mobilisées pour en faire un axe de développement territorial fort, notamment dans la perspective des J.O de 2024.

Le secteur représente 2 millions d’emplois, en comptant les emplois directs et indirects et pèse plus de 7% du PIB national. Pourtant, chaque année, sur près de 280 000 emplois de recrutement (identifiés par Pôle emploi), 50 000 ne sont pas pourvus.

Renforcer l’attractivité du secteur

Édouard Philippe a confié, en octobre dernier, une mission à Frédéric Lardet, Bruno de Monte et Stéphanie Le Quellec pour trouver les pistes permettant d’atteindre ce potentiel d’emplois. L’un des axes du rapport : renforcer l’attractivité du secteur pour les jeunes.

Dans un secteur où les métiers peuvent s’avérer éprouvants, il est impératif d’améliorer les conditions de vie au travail. Le rapport préconise, pour ce faire, la mise en place d’un contrat entre l’État et les professionnels du secteur intégrant une série d’engagements en ce sens.

Autre piste : faciliter le passage entre les différentes branches du tourisme afin de permettre la continuité de l’emploi. Par exemple, un jeune qui commence à travailler dans une colonie de vacances pourrait continuer dans un parc d’attraction ou dans l’hôtellerie de plein air. Il faudra pour cela rapprocher les branches du tourisme, dans une gouvernance commune et des filières structurées. Il faudra également développer des solutions très concrètes comme les groupements d’employeurs.

Développer le « tourisme pour tous les Français »

Faute de ressources financières suffisantes, 41% des Français ne partent pas en vacances. Permettre à tous les Français de pourvoir partir en vacances est un enjeu d’inclusion sociale. C’est un des sujets qui ressort notamment du grand débat national.

Ceux qui restent sont principalement les jeunes de 15 à 24 ans (59%) et les seniors de plus de 65 ans (60%). 3 millions d’enfants ne partent pas régulièrement en vacances.

Pour réduire cette fracture, le Premier ministre a confié une mission à Pascale Fontenel-Personne, afin d’identifier les moyens qui permettront aux familles les plus modestes de partir, notamment en se rapprochant des centaines d’opérateurs travaillant avec les milieux associatifs.

Avec 60% d’établissements de tourisme solidaire situés dans des communes de moins de 3 000 habitants, permettre aux Français de partir en vacances est aussi un enjeu économique territorial.

Les conclusions de cette mission serviront de base au Conseil interministériel du tourisme qui se tiendra, fin 2019.
 
Préfiguration de l’EPIC national du Mont Saint-Michel
Lors de son déplacement, le Premier ministre a également lancé la préfiguration de l’établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) national du Mont Saint-Michel, concrétisant ainsi l’engagement pris en juillet 2018. L’EPIC aura la mission de coordonner la gestion du site et son développement, à la fois touristique, culturel et territorial.

Sa création répond au souhait partagé par tous de mettre en place une structure de gestion unique du site dans ses différentes dimensions (accueil, sécurité, stationnement, billetterie, services, tourisme, programmation culturelle, gestion des ouvrages).

Désigné préfigurateur de l’établissement public, Christophe Beaux est chargé de mener à bien les étapes nécessaires à sa création au 1er janvier 2020, en étroite concertation avec les collectivités territoriales et les acteurs nationaux.