23 novembre 2018

Stratégie d'attractivité pour les étudiants internationaux

Dans le cadre des Rencontres universitaires de la Francophonie, Édouard Philippe a présenté, le 19 novembre 2018 à Paris, la stratégie d’attractivité pour les étudiants internationaux. À cette occasion, le Premier ministre a rappelé l’objectif poursuivi par le Gouvernement d’accroître le nombre d’étudiants étrangers en France et de renforcer le rayonnement de l’enseignement supérieur français à l’étranger.
 
Portrait d'Edouard Philippe

"D’ici 2025, le nombre d’étudiants en mobilité internationale aura doublé, passant de plus de 4,6 à 9 millions, notamment parce que la jeunesse des pays en développement accède massivement aux études supérieures. C’est une opportunité magnifique pour l’humanité. C’est aussi une opportunité magnifique pour la France qui est attendue et recherchée, à travers le réseau de la francophonie, à travers l’excellence de son réseau d’enseignement supérieur, grâce à la diversité de ses formations. La France est le 4ème pays de mobilité étudiante au monde. Et le premier pays non anglophone."
Édouard Philippe


"Bienvenue en France" – "Choose France"

Pour augmenter encore le nombre d'étudiants étrangers en France, le Gouvernement a préparé la stratégie "Bienvenue en France" reposant sur plusieurs leviers, qui couvrent tous les sujets et répondent aux détails de la vie quotidienne auxquels tout nouvel arrivant est confronté :

  • De bonnes conditions d’accueil, avec l'amélioration de la procédure de délivrance de visas en simplifiant la liste des documents nécessaires à une demande de visa et en développant encore la dématérialisation. Ceci limitera la nécessité de se rendre au consulat ou au centre externalisé de visa. De plus, à partir de mars 2019, les étudiants titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur français équivalent au Master et qui sont retournés dans leur pays d’origine pourront bénéficier d’un titre de séjour pour revenir en France, créer une entreprise ou chercher du travail.
  • Un accompagnement à toutes les étapes des études, avec la généralisation des bonnes pratiques d'accueil déjà éprouvées par certaines écoles ou universités (orientation dès la descente d'avion, guichet ou journée d'accueil spécifiques dans les universités…)
  • Une prise en charge des deux tiers des frais d'inscription des étudiants étrangers qui ne résident pas dans l’Espace économique européen et qui paieront des frais d’inscription correspondant approximativement au tiers du coût réel de leur formation. Ces frais resteront très en-dessous des 8 000 € à 13 000 € de nos voisins néerlandais, des dizaines de milliers de livres du Royaume-Uni et de la plupart des pays européens, sans évoquer la situation sur le continent Nord Américain.
  • Le triplement du nombre de bourses et démultiplier les exonérations de droits pour ceux qui en ont besoin.

Ainsi, le label "Bienvenue en France" sera créé dès cette année et attribué par Campus France aux établissements qui améliorent très concrètement l’accueil des étudiants internationaux. Un fonds d’amorçage de 10 millions d'euros accompagnera dès la rentrée 2019 les initiatives concrètes des universités labellisées. De plus, un fonds d’amorçage doté de 5 millions d’euros soutiendra de nouvelles initiatives de partenariats entre les établissements français et étrangers. L’objectif est de permettre aux établissements intéressés par une projection à l’international d’effectuer des démarches exploratoires. L’Agence française de développement prendra le relais, en dégageant 20 millions d’euros chaque année pour accompagner la mise en œuvre des projets.

10 engagements clés

Les établissements labellisés devront garantir 10 engagements-clefs, parmi lesquels :

  • Un guichet d’accueil unique, ou Welcome Desk pour les anglophones, qui sera en lien avec la préfecture, dès la rentrée prochaine.
     
  • L'attribution d'un référent pour accompagner chaque étudiant, dès avant son arrivée en France.
     
  • Un meilleur accès au logement, avec l'accès intégral en anglais de la plateforme Lokaviz (qui recense les logements libres des résidences universitaires) et des offres de logements de particuliers. D’autres initiatives verront le jour, comme la création d’une maison des étudiants francophones, à la Cité internationale universitaire de Paris, en 2020. Elle proposera 150 places pour des étudiants africains, sélectionnés sur des critères d’excellence académiques.
     
  • Une offre d’enseignement en français langue étrangère développée. La demande est très forte et la concertation à venir envisagera de généraliser une sorte de sas d’entrée proposant des cours de FLE intensifs pour les étudiants non francophones. Toutes les formations de FLE délivrées dans le cadre d’un cursus auront aussi vocation à être labellisées pour garantir leur qualité.
Portrait d'Edouard Philippe
"La francophonie n’est plus seulement un atout historique – c’est une chance pour la France et pour tous les pays qui ont le français en partage. Le français n’est pas seulement une langue de communication et de création : c’est une langue d’éducation, qui a permis à des générations d’étudiants de sortir des frontières de leur pays, pour accomplir leurs rêves et leur vocation."
Édouard Philippe
 
  • Une offre développée d’enseignement en anglais, nécessaire pour accueillir et partager les valeurs de la France avec plus d’étudiants non-francophones. Et puisque les cursus en anglais s’accompagnent de l’apprentissage du français, ils favoriseront la francophonie.