15 mai 2018

Stabilité du nombre de crimes et délits anti-LGBT enregistrés par les forces de police et de gendarmerie en 2017

En 2017, les forces de police et de gendarmerie ont enregistré 1026 infractions à caractère homophobe ou transphobe contre 1020 en 2016 (+0,58 %). 262 actes de violences physiques ou sexuelles (soit 25,6% de l’ensemble des actes) ont été constatés. Ces chiffres, bien que stables, montrent une haine anti-LGBT toujours persistante. Ils appellent à une vigilance accrue et une mobilisation poussée des pouvoirs publics.
 
Conformément à l’engagement pris dans le cadre du Plan de mobilisation contre la haine et les discriminations anti-LGBT de la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH), le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMI) du ministère de l’Intérieur a établi le bilan annuel 2017 des victimes de crimes ou de délits enregistrés par les forces de sécurité (police et gendarmerie) commis à raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre, réelle ou supposée, des victimes. 

En 2017, les forces de police et de gendarmerie ont ainsi enregistré 1 026 infractions à caractère homophobe ou transphobe contre 1 020 en 2016 (+0,58 %). 262 actes de violences physiques ou sexuelles (soit 25,6% de l’ensemble des actes) ont été constatés. Ces chiffres, bien que stables, montrent une haine anti-LGBT toujours persistante. Ils appellent à une vigilance accrue et une mobilisation poussée des pouvoirs publics. Dans le détail, les victimes sont majoritairement des hommes (73 %) et des jeunes (58 % ont moins de 35 ans). 56,2 % des faits constatés se sont déroulés dans des aires urbaines supérieures à 200 000 habitants. 

Sous l’autorité de Marlène SCHIAPPA, Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalite entre les femmes et les hommes, la DILCRAH a lancé le 24 janvier 2018 un appel à projets locaux contre la haine et les discriminations anti-LGBT. Cette initiative a permis de retenir 212 projets locaux, répartis dans 82 départements, qui vont ainsi bénéficier d’une aide financière de l’Etat, auxquels s’ajouteront des projets à vocation nationale - tels que les Gay Games - Paris 2018. En 2017, à l’occasion d’un premier appel à projets à portée nationale, la DILCRAH avait soutenu 157 projets, répartis dans 42 départements.  

A l’approche de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, le 17 mai 2018, Marlène SCHIAPPA, Secrétaire d’Etat chargée de l’Egalite entre les femmes et les hommes et Frédéric POTIER, délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT réaffirment leur totale détermination à faire reculer toutes les formes de haines et de discriminations à l’encontre des personnes LGBT+.