Sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert


Le Sommet mondial du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO) des 7, 8 et 9 décembre 2016 fut le premier sommet international entièrement co-construit avec la société civile.
Contenu publié sous la présidence de François Hollande du 15 mai 2012 au 15 Mai 2017
 
Le PGO, au sein duquel  Jean-Vincent Placé, secrétaire d’Etat en charge de la réforme de l’Etat et de la simplification, représente le Gouvernement, rassemble aujourd'hui plus de 70 pays et des centaines d'organisations de la société civile. Tous souhaitent s'engager en faveur de la transparence de l'action publique et d'une meilleure association des citoyens à la prise de décision, en tirant parti de l'innovation numérique.
 
Cet événement, auquel de nombreuses institutions ont pris part, telles que l’OCDE, la Cour des Comptes, la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique ou l’Agence Française de Développement, s’est ouvert Salle Pleyel, en présence du président de la République et de nombreux chefs d’Etat et de gouvernement.

Avec l’ONG World Resources Institute, qui co-préside pour un an le Partenariat aux côtés de la France, trois grandes priorités politiques ont été définies : la transparence, l'intégrité et la lutte contre la corruption ; le climat et le développement durable ; le partage des biens communs numériques. Il s’agit selon le président de la République de "Proposer des outils nouveaux, pour que la relation entre les pouvoirs publics et les citoyens puissent être changée, pour qu’une nouvelle démocratie puisse émerger".
 
En rassemblant plus de 4.000 participants venus du monde entier, ce sommet a fait de Paris la capitale mondiale de la démocratie. Durant ces 3 jours, ce sont plus de 300 événements (conférences, ateliers, pitchs…) qui ont été organisés. L’Assemblée nationale et le Sénat ont accueilli des débats sur la démocratie parlementaire, la Maire de Paris a reçu quinze collectivités territoriales pionnières en matière de Gouvernement Ouvert et une "Nuit de la démocratie" a réuni, dans une multitude de lieux parisiens, des jeunes du monde entier qui inventent des outils numériques pour faciliter la participation des citoyens à l'action publique.
 
Comme lors de la COP 21, la France a souhaité que ce sommet débouche sur des résultats concrets. En plus d'une déclaration politique forte, cet événement a aussi été l'occasion d'accueillir de nouveaux partenaires, comme l'Allemagne et le Burkina Faso. Il a aussi permis de soutenir l'engagement de plusieurs pays, notamment d'Afrique francophone, à mener à bien les réformes pour accéder au Partenariat.

Partager cette page