Bébé en train de jouer pendant qu'il se fait vacciner

Se faire vacciner, c'est se protéger et protéger les autres

Contre de nombreuses maladies graves, la meilleure protection, c’est la vaccination. La Semaine européenne de la vaccination, qui débute aujourd’hui, est l’occasion de sensibiliser la population à cet enjeu de santé publique considérable.
 
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime qu’entre 2 et 3 millions de vies sont sauvées chaque année grâce à la vaccination. Jamais aucune invention médicale n’a permis de sauver autant de vies dans l'histoire de l'humanité.

La Semaine européenne de la vaccination (SEV), qui a lieu du 24 au 30 avril, a pour objectif de rappeler à tous que la vaccination est un moyen de prévention précieux qui contribue, partout dans le monde, à protéger des personnes de tous les âges contre des maladies infectieuses potentiellement graves, voire mortelles.

Un dispositif inédit en France

Pour la première fois en France, une grande campagne nationale de promotion de la vaccination est lancée par le ministère des Solidarités et de la Santé et Santé publique France. S'adressant en particulier aux parents d'enfants de moins de 6 ans et aux jeunes adultes sans enfants, de 25 ans et plus (qui figurent parmi les plus hésitants à la vaccination), cette campagne est diffusée à la télévision du 21 avril au 11 mai et visible sur Internet, les réseaux sociaux et dans la presse. Un dépliant présentant la campagne de communication et une affichette portant la signature de la campagne "La meilleure protection, c'est la vaccination" seront disponibles dans les cabinets de médecins, officines et établissements de santé.

En parallèle, les agences régionales de santé (ARS) et leurs partenaires iront à la rencontre des habitants pour les informer et répondre à leurs interrogations. Dans chaque région, un « Village Info Vaccination » sera installé pour informer les habitants à travers des animations, des ateliers ludiques et des stands informatifs. Les carnets de santé et de vaccination pourront être vérifiés et des vaccinations pourront être proposées sur place.

Enfin, le site Internet vaccination-info-service.fr, site institutionnel grand public de référence sur les vaccinations, dispose désormais d'un nouvel espace à destination des professionnels de santé, acteurs essentiels de la vaccination, ainsi que d’un nouvel espace visant à répondre aux rumeurs et fausses informations diffusées sur la vaccination.

Des couvertures vaccinales en hausse mais pas encore suffisantes

Agnès Buzyn a présenté jeudi dernier un premier bilan de l’obligation vaccinale chez l’enfant de moins de 2 ans, en place depuis le 1er janvier 2018.

Si la couverture vaccinale du nourrisson est en augmentation et se rapproche maintenant des objectifs de santé publique, il n’en est pas de même pour l’enfant plus grand et surtout l’adolescent. Certains niveaux de couvertures vaccinales restent insuffisants, entraînant la recrudescence de maladies évitables telles que la rougeole, qui continue de circuler et de causer des décès en France. Chez l’adolescent, la couverture contre l’hépatite B est très en-dessous de l’attendu, exposant les jeunes adultes à des infections.

La sensibilisation à la vaccination doit donc se poursuivre. Si les progrès sont là, que cela soit en termes de couverture vaccinale ou de confiance des parents envers les vaccins, les objectifs de santé publique de l’Organisation mondiale de la santé ne sont pas encore atteints pour la majorité des vaccins.