6 novembre 2018 - Actualité

Santé : 40 millions de carnets de santé numériques d'ici à 5 ans

Pour une meilleure médecine : c’est l’ambition de la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, qui a annoncé ce mardi 6 novembre 2018 la généralisation du dossier médical partagé (DMP).
 

disposer de son historique médical

Accompagnée du directeur général de l'Assurance maladie, Nicolas Revel, et du président de France Assos Santé, Alain-Michel Ceretti, Agnès Buzyn relance ce mardi 6 novembre 2018 le dossier médical partagé (DMP). Après plusieurs mois de tests, le ministère des Solidarités et de la Santé souhaite ouvrir 40 millions de dossiers médicaux d’ici à 5 ans. Ce carnet de santé numérique doit permettre à chacun d’accéder à ses données de santé, tout en facilitant le partage d’informations entre le personnel médical.


 
Le virage numérique en santé doit avoir comme objectif essentiel de repositionner l’usager comme premier bénéficiaire des services numériques en santé en lui donnant les moyens d’être vraiment acteur de sa santé”, a déclaré la ministre ce matin en conférence de presse. “Le dossier médical partagé se présente notamment comme une réponse efficace à une anomalie constatée depuis très longtemps : les Français ne disposent pas de l’historique de leur dossier médical. Cette situation engendre des pertes de temps, d’information et parfois même de chance pour les patients.”
 
Selon le directeur général de l'Assurance maladie, le DMP devrait être généralisé à l’ensemble des Français dans les mois à venir. “L’objectif est que d’ici deux à trois années, le DMP devienne une réalité pour tous les assurés sociaux de ce pays et l'ensemble des professionnels de santé", a-t-il déclaré à l’AFP.

Le dossier médical partagé, c’est quoi ?

Non-obligatoire, gratuit, confidentiel et sécurisé, le dossier médical partagé (DMP) est un carnet de santé informatique qui conserve les informations de santé du patient. À l’intérieur, on retrouve notamment son historique de soins sur 24 mois, ses antécédents médicaux comme les allergies, ses résultats d’examens ou encore les coordonnées de proches à contacter en cas d’urgence.
 
Le patient peut ensuite décider de partager ces informations avec son médecin traitant, une infirmière ou encore un pharmacien. L’avantage pour le personnel médical : avoir facilement accès au dossier médical des patients pour améliorer les soins prodigués, éviter les interactions médicamenteuses dangereuses ou les actes redondants et inutiles et faciliter la coopération entre professionnels de santé.
Outre le partage de ses informations médicales, le patient peut aussi bloquer les professionnels de son choix, ajouter ou masquer certains documents, ou supprimer son DMP s’il le souhaite. Les données seront quant à elles conservées pendant 10 ans “dans des conditions de grande sécurité", assure Nicolas Revel.

Testé depuis deux ans dans neuf départements, il existe actuellement plus de 1,2 millions de dossiers médicaux partagés en France. Dès aujourd’hui, Agnès Buzyn invite les Français à créer leur carnet en ligne. Pour ce faire, rendez-vous sur le site dmp.fr et sur l'application mobile dédiée. Il est également possible d’ouvrir son DMP en se rendant chez son pharmacien.