Lancée en octobre 2018 la plateforme numérique « Résorption Bidonvilles » est une start-up d’État pilotée par la Dihal. Par une meilleure connaissance des sites et de leurs habitants, son rôle est de piloter plus efficacement les actions de résorption des bidonvilles déployées dans les territoires.
 


3 Questions à : Laure Dubuc, Designer de la plateforme
 

Quel a été le rôle de « Résorption Bidonvilles » pendant la crise sanitaire ?


"Les informations de la plateforme nous ont permis d’identifier très rapidement les situations les plus problématiques notamment concernant l’accès à l’eau potable.

Grâce à cela nous avons pu mobiliser les acteurs territoriaux afin de trouver des solutions rapides permettant l’accès aux ressources de première nécessité pour les habitants."


Comment l’outil a-t-il été adapté à la gestion de crise sanitaire ?


"Certaines informations telles que l’accès à l’eau étaient déjà présentes sur « Résorption Bidonvilles ». Mais de nouvelles fonctions ont pu être intégrées à l’image d’un onglet « Covid-19 » permettant de signaler par exemple la présence de personnes présentant des symptômes, de suivre le déploiement de l’aide alimentaire ou encore l’intervention d’équipes de maraude. "


Quels ont été les impacts sur le terrain ?


"Les impacts ont été très concrets, à Marseille, par exemple, une dizaine de sites n’avaient pas d’accès à l’eau potable. Grâce à cette information, les acteurs territoriaux ont pu se mobiliser pour trouver dans des délais très brefs un accord avec la Société des eaux de Marseille pour raccorder les terrains concernés. En fluidifiant le processus d’identification des problèmes on rend plus efficace la réponse publique pour venir en aide aux personnes en situation de grande précarité."