Rapport au Parlement sur France relance - Juillet 2021

Ce contenu a été publié sous le gouvernement du Premier ministre, Jean Castex.

Publié 28/01/2022

Le plan France relance a été présenté par le Gouvernement à l’issue du Conseil des ministres du 3 septembre 2020. D’un montant de 100 Md€, dont 40 Md€ de fonds européens, il vise plusieurs objectifs.

Il s’agit en premier lieu de relancer l’économie confrontée à un choc sans précédent du fait de la crise sanitaire : en soutenant l’investissement public et en préparant la reprise, France relance permet de limiter l’ampleur du choc, et au pays de retrouver fin 2022 le niveau de richesse de 2019.
Au-delà, le plan de relance doit permettre à la France de sortir renforcée de la crise, à travers des transformations structurelles. A ce titre, il est composé de trois volets :
  • L’écologie. Le plan de relance permet à la France d’atteindre plus rapidement ses objectifs environnementaux et en particulier climatiques, à travers un programme historique de rénovation thermique des bâtiments et des logements, des aides à la décarbonation de l’industrie, le bonus écologique et la prime à la conversion pour favoriser l’achat de véhicules propres ou encore la transformation du secteur agricole, ainsi que la recherche et l’innovation pour le développement de technologies vertes.
  • La compétitivité. Pour permettre aux entreprises françaises de rester compétitives, d’investir et de développer leurs productions sur le territoire, France relance favorise la modernisation de l’appareil productif, investit massivement dans les technologies d’avenir (notamment vertes et numériques), baisse durablement les impôts de production permettant à la France de se rapprocher de la moyenne européenne.
  • La cohésion. La solidarité est un élément clé de la relance. Solidarité entre générations et notamment vis-à-vis des jeunes, à travers des mesures d’emplois, d’accompagnement et de formation professionnelle. Solidarité envers tous les territoires : les Outre-mer, les territoires ruraux, les quartiers prioritaires de la politique de la ville, les petites, moyennes et grandes villes, les métropoles, les territoires insulaires comme la Corse, les départements, les régions.

Partager la page

Le choix de la rédaction