Une femme au guichet d'un centre Pôle Emploi
18 juin 2019 - Actualité

Que contient la réforme de l’assurance chômage ?

Édouard Philippe et Muriel Pénicaud ont présenté ce mardi 18 juin la réforme de l’assurance chômage. Objectifs : lutter contre le recours abusif aux contrats courts, faire en sorte que le travail paye plus que l’inactivité, renforcer l’accompagnement des demandeurs d’emploi et arriver progressivement au plein emploi.
 

Pourquoi réformer l’assurance chômage ?

Dernier pilier de la modernisation du marché du travail (après le renforcement du dialogue social par les ordonnances travail et la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage), cette réforme est plus que nécessaire car :
 
  • La précarité progresse sur notre marché du travail : 70% des embauches correspondent à des contrats de moins d’un mois et 1 CDD signé sur 3 est un contrat d’un jour ou moins. Pour nos concitoyens en contrats courts, cela signifie une incapacité à bâtir leur vie sereinement.
     
  • L’inactivité paye parfois mieux que le travail : en alternant contrats courts et période de chômage, plus d’un chômeur sur cinq touche une allocation supérieure à son salaire mensuel net antérieur moyen, selon Pôle Emploi. Le mode actuel d’indemnisation n’incite donc pas à la reprise d’un emploi.
     
  • La durée du chômage s’allonge avec le montant de l’allocation : si les personnes ayant une allocation comprise entre 1 000 et 2 000 € par mois restent environ 340 jours au chômage, celles ayant une allocation mensuelle supérieure à 5 000 € restent environ 575 jours au chômage.

4 axes de réforme

1. En finir avec le recours abusif aux contrats courts

Le premier objectif de cette réforme est d’inciter les entreprises à embaucher sur des emplois de longue durée. Pour ce faire, un mécanisme de bonus/malus sera instauré pour les entreprises de plus de 11 salariés. Il prendra effet dès le 1er janvier 2020. Les secteurs ciblés sont ceux dont sont proportionnellement issus le plus d’inscrits à l’assurance chômage.
 

2. Faire en sorte que le travail paye toujours plus que le chômage

Pour inciter à la reprise d’un emploi, les indemnités chômage d’un demandeur d’emploi ne pourront plus dépasser le montant des revenus du travail sur la période qui permet l’accès à l’assurance chômage.
 

3. Adapter les règles d’indemnisation afin de prendre en compte la capacité des personnes les plus qualifiées à retrouver un emploi

Une dégresivité de l'allocation sera mise en place pour les salariés qui avaient un revenu supérieur à 4 500 € bruts par mois. Pour répondre à l’enjeu du chômage chez les séniors, les personnes âgées de plus de 56 ans ne seront pas concernées par la mesure.
 

4. Renforcer l’accompagnement des demandeurs d’emploi

1 000 nouveaux conseillers seront recrutés pour offrir un accompagnement renforcé dans les 800 agences de Pôle Emploi que compte le territoire. En parallèle, au cours des quatre premières semaines d'inscription à Pôle Emploi, tout nouveau demandeur d’emploi aura droit à deux demi-journées de prise en charge et d'accompagnement intensif, contre 45 minutes maximum aujourd’hui.

SALARIés, demandeurs d'emplois, travailleurs indépendants : De nouveaux droits acquis

  • Tous les salariés ayant au moins 5 ans d’ancienneté dans leur entreprise auront droit à l’assurance chômage s’ils démissionnent pour réaliser un projet professionnel. Ils seront également accompagnés pour élaborer et réaliser leur projet professionnel.
     
  • Les travailleurs indépendants auront désormais droit à l’assurance chômage, sans avoir à cotiser davantage.
     
  • Les demandeurs d’emploi ayant reçu une proposition d’emploi stable mais devant préalablement mettre à niveau leurs compétences pourront bénéficier d’une formation sur-mesure correspondant à la proposition.