Prêts pour le satellite Galiléo construit par des Européens !

Publié le : 07/10/2021
Le satellite Galiléo construit par des Européens
Photo : usegalileo.eu

La nouvelle station terrestre de Galileo, système européen de positionnement par satellite, vient d'être inaugurée en territoire français, à Kergeulen. Découvrez tous les services de Galileo !

La nouvelle station terrestre de Galileo, système européen de positionnement par satellite, vient d'être inauguée en territoire français, à Kergeulen, au sud de l'océan Indien. L'inauguration a été réalisée par le préfet Charles Giusti, administrateur supérieur des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), en présence de membres de la délégation internationale Galileo.

Un système civil

Lancé en 2003 par l’Union européenne (UE), Galileo garantit l’autonomie des Européens dans le positionnement par satellites face aux autres systèmes (l'américain GPS, le russe Glosnass et le chinois Beidou).

La radionavigation par satellites permet de déterminer à tout moment et avec précision une position. Le système Galileo est avant tout un système civil uniquement, à destination d’un grand nombre de secteurs économiques dont :

  • l'automobile ;
  • la téléphonie mobile ;
  • la sécurité civile ;
  • le secteur bancaire.

Les services de Galileo sont ainsi nombreux : sur la route, à bord d'un train, dans l'air, à la ferme...

Les services de Galileo

Un partenariat stratégique

Dans la stratégie européenne d’implantation et de déploiement des stations Galileo, les territoires ultramarins français, par leurs positionnements, ont une importance fondamentale puisque des stations sont déjà implantées à Papeete, Saint-Pierre et Miquelon, Kourou, Nouméa, Wallis et Futuna, La Réunion, et désormais Kerguelen, qui abrite l’une des seize stations du type GSS (« ground sensor station ») réparties sur le globe, et qui sont un relais entre les satellites et les centres de contrôle.

Kerguelen

L’archipel Kerguelen, rare terre émergée au sud de l’océan Indien avant le cercle polaire antarctique, accueillait déjà deux stations de suivi satellitaire en lien avec le Centre national d’études spatiales (CNES) et l’Agence spatiale européenne (ASE). Ce territoire français compte désormais également une station terrestre Galileo.

Le partenariat entre les TAAF et l’Agence spatiale européenne ont débuté en 2011, et aboutit en 2012 à l’implantation sur Kerguelen d’une première station temporaire Galileo.

Depuis 2017, sur sollicitation de l’Agence de l’Union européenne pour le programme spatial (EUSPA), les TAAF ont développé le projet d’une station permanente, validé en 2019. La construction de la nouvelle station permanente à Kerguelen a été financée en totalité par l’UE à hauteur de 2 millions d’euros. Elle a débuté pendant l'hiver austral 2020 et a mobilisé près de 60 personnels techniques et administratifs, français et européens. Les essais de performances visant la mise en exploitation de la station ont démarré, et les infrastructures et utilités de la station sont désormais pleinement opérationnelles.