Coordination du travail gouvernemental

Participation du DIJOP à la réunion des Directeurs généraux des Sports de l’Union européenne


Le délégué interministériel aux Jeux Olympiques et Paralympiques s’est rendu, mercredi 15 juin 2022, sur invitation de Gilles QUÉNÉHERVÉ, Directeur des sports, à la réunion semestrielle des Directeurs Généraux des Sports de l’Union européenne. La France, qui assure la Présidence du Conseil de l’Union européenne depuis le 1er janvier 2022, s’est engagée durant les six mois de son mandat à mettre la question de la contribution du sport et de l’activité physique aux objectifs de développement durable aux cœur des travaux du Conseil. Cette réunion a permis d’échanger sur les enjeux majeurs des politiques publiques du sport dans les pays de l’UE.

Les Directeurs des Sports Européens ont été accueillis par leur homologue français à l’Institut du National du Sport, de l’Expertise et de la Performance (INSEP) à Paris. La programme de la journée prévoyait deux temps de travail et de discussion collective ainsi qu’une visite de l’établissement de l’excellence sportive française. La deuxième session de travail portait sur « l’héritage des grands événements sportifs », avec une réflexion centrée autour des modalités de la contribution des autorités publiques au développement d’un héritage durable de ces événements accueillis sur leur territoire. Le DIJOP s’est exprimé en ouverture aux côtés d’un représentant de Paris 2024 et de Turin 2006.

A cette occasion il a rappelé le projet et la gouvernance des jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, ainsi que le rôle et les responsabilités de la DIJOP dans leur préparation, en faisant un point d’étape du dossier et une revue des principaux points de vigilance. Un point tout particulier a été fait sur la notion d’héritage et les 170 mesures du « Plan héritage de l’Etat ».

Les Directeurs des Sports Portugais et Luxembourgeois ont pu interroger Michel Cadot sur le sujet de l’acceptabilité sociale de l’événement, le plan de transports, la gestion des logements à Paris ou les objectifs sportifs des Equipes de France pour 2024. La représentante allemande a salué spécifiquement la mesure des « 30 minutes d’activité physique quotidienne », déployée dans près de 10 000 écoles élémentaires, qui répond véritablement aux enjeux de santé publique chez les enfants de 5 à 11 ans dont le niveau de sédentarité progresse.

Partager cette page