18 novembre 1793 - Infographie

Ouverture du musée du Louvre

Projet d'aménagement de la Grande Galerie du Louvre. Robert Hubert, 1796 - voir en plus grand
Avec l’installation, en 1682, de Louis XIV et de sa Cour à Versailles, le palais du Louvre perd sa fonction de résidence royale. Est-il pour autant déserté ? Appelé à devenir le palais des Arts du royaume, l’immense édifice renferme déjà d’importantes collections d’œuvres d’art. Il accueille la résidence et l’atelier des plus grands artistes et artisans de l’époque.  L’Imprimerie royale s’y installe dès 1640. Les académies créées sous Louis XIII et Louis XIV – Académie française, Académie de peinture et de sculpture, Académie d’architecture – y ont également leurs locaux à partir de 1672.
 
La vocation culturelle de l’ancien palais royal se met ainsi progressivement en place et va s’affirmer tout au long du XVIIIe siècle, jusqu’à devenir aujourd’hui le plus grand musée du monde.
 
À partir de 1737, l’Académie de peinture et de sculpture organise (tous les deux ans, le 25 août) une exposition des productions de ses membres dans le Salon carré du Louvre. Ces "salons" sont connus dans l’Europe entière, en partie grâce aux commentaires qu’en fait Diderot. En 1765, il évoque pour la première fois dans l’Encyclopédie l’idée de mettre les collections du Louvre à la disposition du grand public, comme le British Museum l’a fait en 1759.
 
D’une manière générale, les philosophes des Lumières se passionnent pour le devenir de cet immense palais. Situé au cœur de Paris, ils suggèrent d’y installer tout à la fois la bibliothèque royale, l’opéra, les collections royales… Le terme de "muséum", qui évoque le grand modèle antique d’Alexandrie, résume bien ce "temple des Sciences, des arts et du goût".
 

Le comte d’Angiviller, nommé surintendant des Bâtiments du roi à partir de 1774, est finalement chargé par Louis XVI de créer un musée dans la Grande galerie du Louvre. À cette fin, il achète méthodiquement des œuvres pour compléter les collections royales. Mais ironie du sort, il est pris de court par la Révolution.
 
En 1791, un décret de l’Assemblée constituante consacre les bâtiments du Louvre à la "réunion de tous les monuments des sciences et des arts". Puis le 10 août 1793, premier anniversaire de la chute de la royauté, la Convention décide de la création d’un "Muséum central des arts" où seront mis à disposition du peuple les collections royales, enrichies des biens nationalisés du Clergé et des nobles émigrés.
 
Désireuse de réussir là où l’Ancien Régime a échoué, la Révolution s’empresse alors d’ouvrir le musée du Louvre au public, le 18 novembre 1793.