6 juin 1944 - Infographie

Débarquement en Normandie

    Des renforts américains de la 4e division d'infanterie débarquent sur la côte normande, le 6 juin 1944 - voir en plus grand
    Retardée une première fois le 4 juin 1944 en raison du mauvais temps, l’opération Overlord est fixée au 6 juin par le général Eisenhower, commandant en chef des troupes alliées. Quelles que soient les conditions météorologiques, ce 6 juin 1944 sera le Jour J du débarquement en Normandie, qui déverse sur le littoral des milliers de tonnes de bombes dès la nuit du 5 au 6 juin. Le bilan humain de la bataille de Normandie a été très lourd, y compris du côté des civils.

     
    À l’aube, des bâtiments de guerre apparaissent au large des côtes normandes. Une armada de 4 266 navires de transport et 722 navires de guerre. Elle s’étend sur un front de 35 kilomètres, et transporte 156 115 soldats, américains, canadiens et britanniques pour la plupart. Ils ont pour mission d’enfoncer les fortifications du  « Mur de l’Atlantique » construit par l'organisation nazie Todt pour empêcher tout débarquement sur 6 000 km, de la Norvège aux Pyrénées.
     

    Planifié dès la fin de 1943

    Les préparatifs de ce débarquement des troupes alliées en Normandie ont commencé dans le plus grand secret, dès la fin de 1943. Il a alors été décidé que le débarquement se ferait d’Angleterre. Des centaines de convois ont traversé l’Atlantique en provenance des États-Unis, y transportant soldats et matériels. L’Angleterre tout entière s’est transformée en un immense camp militaire : construction de péniches de débarquement et de ports préfabriqués ; construction d’un oléoduc ; concentration et entraînement des troupes ; destruction par l’aviation de voies ferrées, ponts et canaux ; armement des Forces françaises de l’intérieur et intensification du « renseignement »…
     

    La plus grande bataille aéronavale

    Dans la nuit du 5 au 6 juin, des hommes-grenouilles cisaillent les barbelés posés dans la mer par les Allemands. À 2 heures du matin, 11 500 avions dont 3 000 bombardiers décollent. À 3 heures commence le bombardement aérien. À 5h50, le bombardement naval. À 6h30, les premières troupes d’assaut et les chars prennent pied sur cinq plages (noms de code : Utah Beach, Omaha Beach, Gold Beach, Juno Beach et Sword Beach) situées entre le lieu-dit La Madeleine dans le Cotentin et Ouistreham dans le Calvados.
     
    À aucun moment la Normandie n’est envisagée comme le lieu du débarquement par l’armée allemande, qui le prévoyait dans le Pas-de-Calais. L’objectif pour les troupes alliées est d’installer une tête de pont sur ces plages, puis de s’emparer du port en eau profonde de Cherbourg, à la pointe du Cotentin, afin d’intensifier le débarquement.

    À la fin de ce « jour le plus long » du 6 juin 1944, le nombre de tués, blessés, disparus, prisonniers alliés est de 10 500, le nombre de pertes allemandes de 10 000... Commence alors la bataille de Normandie, plus grande bataille aéronavale de l’Histoire dont le bilan est également très lourd pour les civils : 20 000 morts.
     
    Du 6 au 12 juin, Bayeux, Isigny-sur-Mer et Carentan sont libérées. L’armée américaine s’empare de Cherbourg le 27 juin. La rive gauche de Caen est libérée le 9 juillet, sa rive droite le 19 juillet. Le 31 juillet, la percée d’Avranches renverse définitivement le front allemand. Une tête de pont est établie dans le nord-ouest de l'Europe. Les troupes allemandes se replient vers l’est.
     

    Plus d'informations sur cheminsdememoire.gouv.fr