Après les brigades du Tigre, créées en 1907, la police judiciaire - la PJ - est instaurée

Publié le : 03/08/2016
Décret du 30 décembre 1907 à l'origine de la police judiciaire
Décret du 30 décembre 1907 à l'origine de la police judiciaire - Photo : Archives nationales, archives du ministère de l’Intérieur, F1a 2674
Décret du 30 décembre 1907 à l'origine de la police judiciaire
Décret du 30 décembre 1907 à l'origine de la police judiciaire - Photo : Archives nationales, archives du ministère de l’Intérieur, F1a 2674
Décret du 30 décembre 1907 à l'origine de la police judiciaire
Décret du 30 décembre 1907 à l'origine de la police judiciaire - Photo : Archives nationales, archives du ministère de l’Intérieur, F1a 2674
Décret du 30 décembre 1907 à l'origine de la police judiciaire
Décret du 30 décembre 1907 à l'origine de la police judiciaire - Photo : Archives nationales, archives du ministère de l’Intérieur, F1a 2674
Identifiant visuel de la Direction centrale de la police judiciaire
Identifiant visuel de la Direction centrale de la police judiciaire - Photo : Direction centrale de la police judiciaire

La Direction de la police judiciaire de la Préfecture de police, communément appelée « PJ » et qui se trouvait au fameux 36 quai des Orfèvres sur l’île de la Cité, a été créée par décret du 1er août 1913 et instaurée par un arrêté du 3 août 1913 du préfet de police de Paris de l’époque, Célestin Hennion.

La création de la PJ est pour le préfet Célestin Hennion l’achèvement de la vaste réorganisation des services de police qu’il a amorcée quelques années plus tôt en qualité de directeur de la Sûreté générale du ministre de l'Intérieur et président du Conseil, Georges Clemenceau. Face à la violence des bandes organisées qui sévissent alors, Clemenceau le charge en effet de la création de « douze brigades régionales de police mobile » – bientôt surnommées les « brigades du Tigre » en référence au surnom de Clemenceau – chargées de combattre le crime organisé sur tout le territoire. C’est le décret du 30 décembre 1907, dont on peut lire l’original ci-dessus, signé de la main de Clemenceau.  

Aujourd’hui encore, l'identifiant visuel de la Direction centrale de la police judiciaire évoque ouvertement ces brigades : on y voit les profils d’un tigre et de Georges Clemenceau.

Établie en direction régionale de la police judiciaire, la direction de la PJ est aujourd’hui compétente à Paris et dans les trois départements périphériques (75, 92, 93, 94). Elle agit contre le terrorisme, la grande délinquance, le banditisme spécialisé et organisé et les auteurs de délits économiques et financiers. Elle participe également au dispositif de coordination francilien contre le trafic de stupéfiants et continue de s’impliquer dans la coordination régionale existant contre les vols à main armée et les trafics d’armes. Elle dispose pour ces missions de l'appui du Service national de police scientifique.