14 décembre 1963 - Vidéo

Inauguration de la Maison de la radio

“À la radio, fallait-il une maison ? oui”, déclare le général de Gaulle lors de l’inauguration de la Maison de la radio, le 14 décembre 1963.

La radiodiffusion française, avant 1963, c’est en effet une multitude d’installations sommaires, de locaux inadaptés, une mauvaise communication entre les services… Pour résoudre les problèmes liés à cet éclatement, un projet réunissant l’ensemble de l’activité dans une Maison de la radio s’impose. Le Conseil de Paris finit par céder à l’État un terrain de 38 000 m2 situé 116 quai de Passy (l’actuelle avenue du Président-Kennedy), un espace idéal à proximité de la tour Eiffel et de ses émetteurs radio. 

Il s’agit d’abriter l’ensemble des métiers, techniques et artistiques, qui permettront la production et la diffusion quotidienne de centaines d’heures de programme et d’informations radiophoniques. Parmi les 26 architectes qui participent au concours en vue de l’édification de cette future Maison de la radio, aucun n’atteint l’audace formelle de l’architecte Henry Bernard qui remporte le concours en 1953 en proposant un projet innovant basé sur la circularité du bâtiment – un “Colisée du XXe siècle”.

Dans cette Maison “ennemie des bruits, amie des sons”,  c’est la juxtaposition de 58 studios de forme trapézoïdale pour l’acoustique qui a conduit l’architecte à donner à l’édifice sa forme circulaire. Une architecture de verre et d’aluminium le jour, de lumière la nuit. Entourant la tour des archives (de 68 m de haut), les deux couronnes, extérieure (de 500 m de circonférence) et intérieure (de 70 m de circonférence), sont deux espaces liés et complémentaires, destinés à la “fabrication” des émissions. Placée au cœur de l’édifice, à distance égale des espaces d’enregistrement de la grande couronne et des espaces de montage de la petite couronne, la tour en devient son noyau central, à la fois lieu de mémoire et siège de l’inspiration des créateurs.

Au-delà de sa rigueur formelle, le général de Gaulle voit dans la Maison de la radio le symbole de la modernité et de la grandeur de la France : “La radio est une action humaine, autrement dit collective. Sans doute se nourrit-elle de la capacité des individus. Mais, pour être valable, il lui faut l’effort conjugué des équipes. Et c’est pourquoi ce bâtiment complexe et imposant, mais unitaire et circulaire, est le signe de l’organisation, de la concentration et de la cohésion, qui sont nécessaires à son audience et à son influence.”