13 mars 2015 - Infographie

Les premiers effets du Pacte de responsabilité et de solidarité

Baisse du coût du travail, reprise de l'investissement, créations d'emplois et de contrats d'apprentissage dans plusieurs branches professionnelles, mais aussi baisses d'impôts : découvrez tous les premiers effets du Pacte de responsabilité et de solidarité sur l'économie.
Contenu publié sous le Gouvernement Valls II du 26 Août 2014 au 11 Février 2016
Infographie sur les effets du Pacte sur l'économie et l'emploi. - voir en plus grand
> Version texte de l'infographie
  • Pacte de responsabilité et de solidarité
    Les premiers effets
     
    En 2014, le déficit commercial est au plus bas depuis 2010
    À 53,8 milliards d’euros, il est inférieur de près de 7 milliards à celui de 2013 (-10%) et de 20 milliards à celui de 2011 (- 30%).
     
    Le coût horaire du travail dans l’industrie est désormais inférieur en France à celui en Allemagne
    36,8 €/h contre 38,5 €/h.
     
    + 10 places au niveau mondial pour la qualité du fonctionnement du marché du travail depuis l’entrée en vigueur de la loi pour la sécurisation de l’emploi.
     
    Le coût du travail continue de baisser. Il y a désormais 0 charge de sécurité sociale sur les emplois au niveau du SMIC
     
    +0,3 % les trois premiers mois de l’année : c’est le taux de croissance prévu par l’INSEE.
     
    Progression de + 3 % de l’investissement dans l’industrie manufacturière en 2015 : c’est ce que les chefs d’entreprises prévoient désormais, alors qu’à l’automne, ils prévoyaient encore un recul.
     
    Le marché des voitures neuves en France a entamé l’année 2015 sur une hausse de + 5,9 %. 132 824 voitures particulières ont été immatriculées durant le mois de janvier.
     
    Une baisse de l’impôt sur le revenu pour 9 millions de ménages contribuera à la relance de la consommation des ménages.
     
    11 accords de branche ont été signés à ce jour. Ils couvrent 4 millions de salariés.
     
    35 000 contrats de jeune en alternance d’ici 2017, c’est l’objectif de l’accord dans les services de l’automobile.
     
    1 200 emplois en CDI sur 3 ans, c’est ce que permettra l’accord dans les transports urbains de voyageurs.
     
    + 47 000 emplois d’ici 2017, + 2 000 apprentis par an : c’est l’objectif de l’accord dans la chimie.
     
    + 46 000 alternants d’ici 2020 et 10 % de femmes apprenties, c’est l’objectif de l’accord dans la métallurgie.
     
    + 38 000 emplois, + 5 000 alternants d’ici 2017 : c’est l’objectif de l’accord dans les assurances.
     
    + 2 500 contrats de qualification et apprentissage en 3 ans, c’est l’objectif de l’accord dans l’industrie textile.
     
    + 8 600 emplois sur 3 ans, c’est l’objectif de l’accord dans les carrières et matériaux.
     
    Une grande diversité d’entreprises étrangères se développent actuellement en France dans le secteur industriel.
    Quelques exemples :
     
    Barilla : ouverture d’une nouvelle usine qui sera la plus grande boulangerie industrielle de France
    Coca-Cola : ouverture  d’une ligne de production supplémentaire
    Hexcel : nouvelle usine de production de fil de carbone, pour accompagner la montée en puissance de l’airbus A350 (localisation : Roussillon, Isère)
    Toray : ouverture d’une « usine du futur » pour produire la matière première de la fibre carbone
    Iko : ouverture d’une usine de produits d’isolation
    MBDA : ouverture d’une usine de démantèlement de munitions complexes
    Lilly : partenariat avec une biotech lyonnaise pour le développement d’une insuline ultra-rapide
    Shenan : implantation d’une usine de fabrication d’ampoules LED
     
    Le pacte, ça marche !