Rénovation énergétique : l'État donne l'exemple avec 4214 projets retenus par France Relance partout dans le pays

Publié le : 15/01/2021

Jean CASTEX

Je viens de présider la conférence nationale de l'immobilier de l'État. Il s'agissait de répartir, ce matin, une enveloppe très importante dédiée à la rénovation thermique des bâtiments de l'État et de ses établissements publics.

Je le rappelle, le Plan de relance 100 milliards, un choix fort, 4 milliards pour la rénovation énergétique des bâtiments. Je vous rappelle aussi que la transition écologique est une des priorités de transformation visés par ce Plan de relance. Donc, dans ces 4 milliards grosso-modo, 1,3 milliard pour les collectivités territoriales : des collèges, des lycées, des écoles et le bâtiment public des collectivités territoriales et donc 2,7 milliards, c’était l’objet de la réunion de ce matin pour l'État et ces établissements publics.

Avec ces 2,7 milliards d'euros nous allons ainsi, les ministres vont vous donner des détails, rénover plus de 4 200 opérations réparties sur l’ensemble du territoire national, y compris bien entendu ultramarin. Ça va concerner la France entière. C’est un effort tout à fait significatif. On a eu des priorités, en particulier quasiment la moitié de l’enveloppe va concerner l’enseignement supérieur, l’université, la recherche, le logement étudiant.

Priorité à la jeunesse, c’est l’un des objectifs aussi de ce Gouvernement. 20 000 emplois, 20 000 emplois : je rappelle que c’est l’objectif aussi de ce plan de relance. On a la crise sanitaire qui génère une crise économique avec une montée du chômage. Il s’agit de créer de l’emploi, en l'occurrence essentiellement dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, pour faire face à cette montée du chômage.

Donc notre objectif quantifié est clair : 20 000 emplois, le ministre de l’Economie y reviendra, pour toutes les tailles d’entreprise de ce secteur professionnel. Et évidemment, et j’insiste beaucoup auprès de vous, d’autres secteurs vont être concernés, en particulier le secteur régalien — commissariats de police, des brigades de gendarmerie, des tribunaux, des prisons.

Ça va être un effort massif. Dans le seul domaine de l'enseignement supérieur, si on prend les investissements classiques annuels, grâce au plan de relance on va plus que doubler l'effort qui va être fait.

Cet effort, et ce seront mes derniers mots, ils doivent se réaliser, et ça a été un des critères de sélection des projets, en 2021 et 2022 pour l'essentiel. Ça veut dire que nous avons sélectionné des projets qui, du point de vue technique, du point de vue procédural, étaient prêts.

Pourquoi ? Parce qu'il s'agit évidemment d'être efficace, d'être actif, de créer de l'activité, de créer des emplois au moment où la crise est la plus forte. C'est notre objectif.

Un dernier mot, sur ce volet comme sur les autres, le plan de relance marche, le plan de relance se déploie. Le plan de relance, il est plus que jamais indispensable. On l'a vu sur le volet industriel et sur le volet des localisations. On le voit sur le volet des jeunes et de la formation. Je suis allé l'autre jour signer le 400 millième contrat d'apprentissage. Ce qui veut dire qu'en 2020, grâce à France Relance, nous ferons mieux sur le terrain de l'apprentissage que ce que nous avions fait en 2019, qui était déjà une année tout à fait exceptionnelle.

La crise sanitaire à laquelle nous faisons face, que nous gérons collectivement avec courage et détermination, elle ne doit pas nous détourner de l'essentiel, c'est-à-dire la préparation de l'avenir du pays. Les sommes que nous engageons aujourd'hui vont concourir de manière efficace. Monsieur le ministre.
[......]

Jean CASTEX

Avant de passer la parole à Frédérique VIDAL, ministre chargée de l'Enseignement supérieur, je voudrais vous dire combien je suis satisfait que le ministère chargé de la relance ait préparé avec une très grande diligence, sous l'autorité de Bruno LE MAIRE et Olivier DUSSOPT, ce dossier, puisque vous voyez bien que nous décidons aujourd'hui de plus de 4 000 opérations qui ont dû être sélectionnées avec des critères rigoureux en trois mois, en trois mois, c'est-à-dire que cette vitesse d'exécution pour prendre la crise de vitesse, pour être efficaces, nous nous la sommes appliquée à nous-mêmes, c'est-à-dire que l'administration travaille vite, comme elle le fait d'ailleurs sous l'autorité de Bruno LE MAIRE, pour mettre à la disposition, puisqu'il y faisait allusion des secteurs professionnels impactés par les mesures que nous prenons sur la crise sanitaire pour mettre à disposition les crédits très rapidement. Donc c'est aussi pour nous une façon de montrer notre réactivité, la réactivité et l'efficacité de l'État, au plan central comme au plan territorial et vous savez combien je suis particulièrement attaché à ce volet territorial de la mise en œuvre de la relance. Madame la ministre de l'Enseignement supérieur.
[......]

Jean CASTEX

Merci beaucoup, madame la ministre. Donc la priorité pour la jeunesse, la priorité pour la transition écologique. Je vais céder la parole à la ministre en charge du Logement, Emmanuelle WARGON, qui rappellera qu'au-delà des bâtiments publics de l'État et de ces établissements publics, des collectivités territoriales dont j'ai déjà parlé tout à l’heure, il y a bien entendu tout le domaine des logements privés que nous allons également rénover grâce à ce plan de relance, madame la ministre.
A la suite de la conférence nationale de l’immobilier public stratégique du 14 décembre 2020 présidée par le Premier ministre, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et Olivier Dussopt, ministre délégué́ chargé des Comptes publics se félicitent du succès des appels à projets et annoncent la sélection de 4214 projets pour 2,7 milliards d’euros en faveur de la rénovation énergétique des bâtiments de l’État, de l’enseignement supérieur, de la recherche et de la vie étudiante, dans le cadre de France Relance.