31 juillet 2020 - Discours

Discours de M. Jean CASTEX, Premier ministre Visite de l'EHPAD de Bourg-en-Bresse

Seul le prononcé fait foi

Avec la ministre déléguée en charge de l’autonomie, nous nous sommes d’abord rendus ce matin à Bourg-en-Bresse sur la plateforme commune SDIS/Samu pour voir comment a été organisé le suivi de la situation dans le département en matière de sécurité et d’urgence. Je voudrais d’ailleurs en profiter, après avoir parlé avec les sapeurs-pompiers de l’Ain, pour rendre hommage à leurs collègues des Pyrénées Atlantiques qui, vous l’avez vu, ont été engagés dans un combat difficile contre l’incendie sur la Commune d’Anglet au pays basque français ; et je voudrais rendre hommage à leur action déterminée qui a permis d’éviter le pire.

Ici aussi dans l’Ain, j’ai constaté la totale détermination et l'efficacité de ces services dans le cadre d'ailleurs d'une plateforme commune où les services des pompiers et de la santé travaillent parfaitement ensemble. Et je suis enfin ici dans un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, une maison de retraite, un EHPAD avec le même objectif, finalement d’abord et encore et j’allais dire et toujours, le Coronavirus et la façon dont ces établissements ont vécu la crise sanitaire elle-même et se préparent aujourd'hui à faire face à toute hypothèse et toute éventualité. Et deuxièmement, compte tenu de la vague de chaleur qui s'annonce en particulier dans la vallée du Rhône, voir là encore comme comment cet établissement anticipait ce phénomène. De ce point de vue, je suis rassuré puisque j'ai vu que tout le dispositif opérationnel était prêt, que l'ensemble des personnels auxquels je veux une nouvelle fois rendre hommage - puisque je suis dans un EHPAD où il y a eu d'abord des personnes décédées parmi les résidents, des personnes infectées parmi le personnel, donc ils ont vécu cette période avec à la fois des difficultés, mais beaucoup, beaucoup de détermination, de courage. Ils ont tiré les enseignements de ce qui s'est passé ; et j'ai pu constater que, du point de vue de la gestion des situations, du recours aux tests en particulier, de l’existence de salles rafraîchies ou climatisées pour faire face à une éventuelle canicule, les équipes étaient préparées et l’établissement disposait du matériel et des équipements nécessaires. C’est aussi une façon de vous dire que dans cette période particulière dans laquelle nous nous trouvons, l’État et le Gouvernement en particulier sont sur le pont. Je le serai moi-même tout l’été, le ministre de la Santé bien entendu, l’ensemble du Gouvernement, pour pouvoir prendre toutes les dispositions nécessaires. A cet égard et pour sortir de ce beau département de l’Ain, je tiens à dire qu’à la fois nous sommes prêts comme nous l’avons fait pour les masques ou pour le contrôle aux frontières, en particulier dans les aéroports, à adapter le dispositif juridique. Mais j’ajoute surtout qu’on voit bien qu’on a une gestion de la crise sanitaire de plus en plus adaptée aux situations locales. Il y a des mesures nationales et puis il y a leur adaptation, leur éventuel renforcement en fonction des caractéristiques locales qui peuvent être différenciées -on l’a bien vu du reste ici dans le département de l’Ain. Donc l’idée c’est aussi de donner des marges de manœuvre, y compris juridiques aux responsables locaux, en particulier au préfet et au maire, pour pouvoir prendre des décisions les plus appropriées aux situations qu’ils rencontrent dans une logique préventive. Parce que c’est aussi un point très important : plus nous agirons de manière préventive, moins notre système de soins sera sollicité. Et de ce point de vue, j’observe - et il faut rester évidemment à la fois prudents et mobilisés - que la gestion de l’épidémie par notre pays en ce moment - vous voyez toutes et tous ce qui se passe autour de nous - est d’une gestion sérieuse et je compte bien évidemment maintenir ce cap. Dès la semaine prochaine d'ailleurs, je serai conduit sûrement à aller à nouveau voir sur le terrain comment ça se passe et à adapter les moyens en fonction de ce que je constaterai. Je pense qu'il faut vraiment privilégier cette approche. Ce sont les gens de terrain qui savent ce qu'il y a lieu de faire en fonction des réalités épidémiologiques qu'ils constatent. Et le niveau national est un appui, un secours pour au-delà des mesures à caractère transversal qui les conduit à prendre, les épauler et leur donner les moyens les plus adaptés pour faire face à la situation. Donc, m'adressant enfin aux Françaises et aux Français, comme je l'ai toujours fait, il faut être responsable, raisonnable, prudent. Il faut que l'activité pour autant continue y compris, puisque c'est la période, les vacances ; mais, nous devons toutes et tous rester concernés par ce qui se passe. Et en particulier, vous le voyez toutes et tous, il y a un certain nombre de rassemblements qui ne sont pas responsables. Nous recommandons en particulier aux personnes les plus vulnérables, comme l'a fait le ministre de la Santé, de porter le masque le plus possible, y compris dans les espaces publics où il n'est pas obligatoire ou dans les endroits où il ne le serait pas rendu par les autorités locales. Donc, la lutte et la vigilance contre cette crise sanitaire et contre cette maladie est, comme d'habitude, l'affaire de toutes et de tous.

Je vous remercie.
 
 
Visite de l'EHPAD de Bourg-en-Bresse