25 mai 2018 - Vidéo

Réforme ferroviaire : série d'entretiens entre Édouard Phillippe, les partenaires sociaux et les représentants de la SNCF

Le Premier ministre, Édouard Philippe, et la ministre des Transports, Élisabeth Borne, ont reçu le 25 mai 2018 à l’Hôtel de Matignon, l’ensemble des organisations syndicales, les organisations patronales et les représentants de la direction de la SNCF. Il se sont exprimés à l'issue des entretiens et répondu aux questions des journalistes.

Le Premier ministre a déclaré :" aujourd’hui, à l’aube de son examen par le Sénat, chacun dispose désormais d’une vision complète de la réforme :

  • Pour les voyageurs, nous engageons une rénovation complète du réseau et nous introduisons la concurrence pour qu’il y ait des trains plus nombreux, moins chers, et plus de qualité de service.
  • Pour la SNCF, nous confirmons de façon indiscutable son statut 100 % public  tout en lui donnant la souplesse d’une véritable entreprise responsable de son destin.  
  • Pour les cheminots, nous maintenons le statut de tous ceux qui l’ont aujourd’hui et nous dessinons un nouveau contrat social pour l’avenir.
  • Pour le pays, c’est la garantie que l’argent public sera dépensé utilement dans une entreprise revenue à l’équilibre."

Lors des différentes discussions, le Premier ministre a fait le bilan des 4 chantiers lancés lors de l’entrevue du 7 mai dernier :

  1. Amélioration du projet de loi par les organisations syndicales : par exemple, l’incessibilité des capitaux de l’entreprise ferroviaire.
  2. Des garanties pour la future négociation de branche entre partenaires sociaux. "L’Etat sera un observateur attentif et exigeant", a précisé Élisabeth Borne qui a aussi annoncé la mise en place d’un Observatoire du dialogue social qui  va suivre la négociation pour lever d’éventuelles difficultés.
  3. Adaptation par la SNCF de son projet d’entreprise au nouvel environnement. Un programme de négociations entre la direction et les syndicats est lancé notamment sur le développement des compétences.  Enjeu : le nouveau contrat social des cheminots.
  4. Renforcement du modèle économique de la SNCF, notamment par une politique forte d’investissements : 200 M€ en plus des 3,6 Mds€ actuels seront investis, dès 2022.

Le Premier ministre a confirmé la reprise des 35 Mds€  de la dette de la SNCF par l’État, en deux phases :

  1. 25 Mds€ en 2020
  2. 10 Mds € en 2022

"Cet engagement constitue un engagement sans précédent de la nation et du contribuable en faveur de la SNCF", a insisté le Premier ministre.

Autre mesure forte, pour que la SNCF ne puisse plus se retrouver dans la situation de difficulté financière qui est la sienne aujourd’hui, le Premier ministre a décidé d’introduire dans le projet de loi, lors de sa prochaine discussion au Sénat, une "règle  d’or [...] pour que SNCF-Réseau ne puisse plus désormais s’endetter sans que le gouvernement  ne prenne des mesures crédibles de rétablissement."

La cour de l'Hôtel de Matignon
La cour de l'Hôtel de Matignon - (c) Matignon
Arrivée dans la cour de l'Hôtel de Matignon, de Luc Bérille,  secrétaire général de l’UNSA (Union nationale des syndicats autonomes) – au centre - , de Roger Dillenseger, secrétaire général  et leur délégation – à gauche – et leur délégation.
Arrivée dans la cour de l'Hôtel de Matignon, de Luc Bérille, secrétaire général de l’UNSA (Union nationale des syndicats autonomes) – au centre - , de Roger Dillenseger, secrétaire général et leur délégation – à gauche – et leur délégation. - (c) Matignon
Le Premier ministre, Édouard Philippe et Élisabeth Borne, ministre des Transports, avec la délégation de l’UNSA (Union nationale des syndicats autonomes)
Le Premier ministre, Édouard Philippe et Élisabeth Borne, ministre des Transports, avec la délégation de l’UNSA (Union nationale des syndicats autonomes) - (c) Matignon
Le Premier ministre, Édouard Philippe, accueille Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT (Confédération générale du travail) et sa délégation.
Le Premier ministre, Édouard Philippe, accueille Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT (Confédération générale du travail) et sa délégation. - (c) Matignon
Le Premier ministre, Édouard Philippe et Élisabeth Borne, ministre des Transports, avec Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, Laurent Brun, secrétaire général de la Fédération des Cheminots CGT – en cravate rouge - et leur délégation
Le Premier ministre, Édouard Philippe et Élisabeth Borne, ministre des Transports, avec Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, Laurent Brun, secrétaire général de la Fédération des Cheminots CGT – en cravate rouge - et leur délégation - (c) Matignon
Le Premier ministre, Édouard Philippe, accueille Éric Meyer, porte parole de Sud-Rail
Le Premier ministre, Édouard Philippe, accueille Éric Meyer, porte parole de Sud-Rail - (c) Matignon
Le Premier ministre, Édouard Philippe et Élisabeth Borne, ministre des Transports, avec la délégation de Sud-Rail
Le Premier ministre, Édouard Philippe et Élisabeth Borne, ministre des Transports, avec la délégation de Sud-Rail - (c) Matignon
Le Premier ministre, Édouard Philippe, conduit Nathalie Homand, secrétaire confédérale de la Confédération FO  (Force ouvrière) et François Grasa, secrétaire général de la Fédération FO des Cheminots à la table des discussions.
Le Premier ministre, Édouard Philippe, conduit Nathalie Homand, secrétaire confédérale de la Confédération FO (Force ouvrière) et François Grasa, secrétaire général de la Fédération FO des Cheminots à la table des discussions. - (c) Matignon
Le Premier ministre, Édouard Philippe et Élisabeth Borne, ministre des Transports, avec la délégation de la confédération Force ouvrière (FO).
Le Premier ministre, Édouard Philippe et Élisabeth Borne, ministre des Transports, avec la délégation de la confédération Force ouvrière (FO). - (c) Matignon
Le Premier ministre, Édouard Philippe et Élisabeth Borne, ministre des Transports, avec la délégation de la CFDT cheminots et leur délégation conduite par Laurent Berger, secrétaire général.
Le Premier ministre, Édouard Philippe et Élisabeth Borne, ministre des Transports, avec la délégation de la CFDT cheminots et leur délégation conduite par Laurent Berger, secrétaire général. - (c) Matignon
Le Premier ministre, Édouard Philippe, avec Thierry Mallet, président de l’UTP (Union des Transports Publics et Ferroviaires), Président directeur général de Transdev – opérateur de transports - , et sa délégation.
Le Premier ministre, Édouard Philippe, avec Thierry Mallet, président de l’UTP (Union des Transports Publics et Ferroviaires), Président directeur général de Transdev – opérateur de transports - , et sa délégation. - (c) Matignon
Le Premier ministre, Édouard Philippe, accueille Guillaume Pepy, président du directoire de la SNCF.
Le Premier ministre, Édouard Philippe, accueille Guillaume Pepy, président du directoire de la SNCF. - (c) Matignon
Le Premier ministre, Édouard Philippe et Élisabeth Borne, ministre des Transports, avec Guillaume Pepy, président du directoire de la SNCF, Frédéric Saint-Jours – à droite au premier plan -,  président du Conseil de Surveillance de SNCF et Patrick Jeantet, président directeur Général de SNCF Réseau – à la droite de Guillaume Pepy.
Le Premier ministre, Édouard Philippe et Élisabeth Borne, ministre des Transports, avec Guillaume Pepy, président du directoire de la SNCF, Frédéric Saint-Jours – à droite au premier plan -, président du Conseil de Surveillance de SNCF et Patrick Jeantet, président directeur Général de SNCF Réseau – à la droite de Guillaume Pepy. - (c) Matignon
Le Premier ministre, Édouard Philippe, a reçu, le 25 mai 2018 à Hôtel de Matignon, les organisations syndicales sur le dossier de la réforme ferroviaire.