25 avril 2018 - Vidéo

Le Premier ministre fait le point sur la mise en oeuvre du Plan étudiants

Le Premier ministre, Edouard Philippe, en compagnie de Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, a fait le point sur la situation de la mise en oeuvre du Plan étudiants, après avoir reçu le bureau et les membres de la Conférences de présidents d'universités, le 25 avril 2018, à l'Hôtel de Matignon.
Le Premier ministre a salué "l’implication des équipes pédagogiques des lycées et des universités" grâce à qui "le Plan étudiants se met en place dans de bonnes conditions."  Le Gouvernement apporte son plein soutien aux universités qui font face à des difficultés. "Chaque fois que l’espace universitaire sera confisqué par des petits groupes radicaux, chaque fois que l’organisation des examens sera ciblée, nous répondrons avec fermeté. […] Nous ferons le nécessaire pour que les examens se tiennent dans de bonnes conditions", a déclaré le Premier ministre.

"Notre objectif c’est de faire en sorte que Parcoursup réussisse où APB avait échoué, que ce soit un système plus simple, plus humain et plus républicain", a déclaré Edouard Philippe qui a précisé que le Gouvernement allait "dégager des moyens supplémentaires pour créer de nouvelles places là où c’est nécessaire", notamment dans les BTS, les DUT et les filières universitaires les plus demandées. 19 000 nouvelles places sont déjà financées pour la rentrée prochaine. Sur le quinquennat, 1 Md€ seront consacrés au Plan étudiants.

A plus long terme, le "choc démographique" de l’enseignement supérieur sera accompagné "année après année". Un  dialogue avec tous les acteurs est en cours pour "identifier les besoins en encadrement et en accompagnement" qu’implique l’augmentation du nombre d’étudiants. Des propositions seront remises par Frédérique Vidal d’ici fin juin.

Par ailleurs, le Gouvernement souhaite apporter aux enseignants-chercheurs qui s’engagent sur le plan pédagogique "une reconnaissance de leurs efforts sur le plan indemnitaire". Une concertation a été lancée dans ce sens le 29 mars.