1 février 2021

Ouverture de nouveaux dispositifs Un Chez-soi d’abord

L’année 2020 a permis l’ouverture de cinq nouveaux sites du dispositif « Un Chez-soi d’abord » : La Réunion, le département des Hauts-de-Seine et le doublement du site de Marseille qui seront dotés de 100 places chacun et les agglomérations de Saint-Étienne et Besançon avec 55 places chacune. De plus trois autres sites sont en cours de création pour une ouverture d’ici mars 2021 (Pau, Poitiers et La Corse pour 55 places chacun). Enfin des travaux sont en cours pour ouvrir un dispositif de 100 places sur le département de la Seine Saint-Denis d’ici mi-2021. Au 31 mars 2021 ce seront 20 dispositifs qui auront été autorisés soit au total 1775 places créées.
Expérimenté à partir de 2011, le programme «Un Chez-soi d’abord» vise à répondre à la situation des personnes sans-abri les plus vulnérables qui présentent des troubles psychiques sévères, des addictions et échappent aux dispositifs d’accompagnement classiques. Il change radicalement leur prise en charge en proposant un accès dans un logement ordinaire directement depuis la rue, moyennant un accompagnement soutenu et pluridisciplinaire au domicile.

Le rythme de montée en charge a pu être maintenu malgré la crise du Covid et, à ce jour, environ 1000 personnes sont logées et accompagnées. Le déploiement se poursuit en 2021 avec la perspective d’ouverture de 9 nouveaux dispositifs permettant une couverture de l’ensemble des régions (dont deux territoires ultramarins).


Les résultats positifs de la phase expérimentale (2011/2016) sont confirmés avec un maintien dans le logement de plus de 80% des personnes intégrées, un faible taux d’incidents témoignant d’une bonne intégration dans le logement et aucun cas grave ni de décès lié à l’épidémie de Covid 19 signant le rôle protecteur du logement et le travail d’accompagnement soutenu par les équipes tout au long de l’année.

L’expérimentation « Un chez-soi d’abord » jeunes conduite à Lille et Toulouse entre dans sa deuxième année avec plus 75 jeunes entre 18 et 22 ans accompagnés et logés. Les premiers éléments sont positifs avec une appropriation du logement et une orientation vers l’emploi ou la formation plaidant en faveur d’une intervention précoce pour limiter les effets négatifs d’un passage prolongé à la rue.