Portrait de Matthieu Gardies

« On est tous des acteurs de la transition énergétique »

Mathieu Gardies, président de la société de taxis parisiens Hype, roulant avec des moteurs à hydrogène, est un acteur de la transition écologique. Entretien.

Quel a été le moteur de votre création d'entreprise ?

Mathieu Gardies, président de la société de taxis parisiens Hype. - Quand j'ai créé ma société en 2009, l'objectif était déjà d'agir sur les problèmes de pollution de l'air mais aussi sur le changement climatique. Je voulais trouver une solution pour que les flottes incontournables comme les taxis puissent continuer de rouler, mais sans polluer.
 

Et la solution fut l'hydrogène ?

Pas tout de suite pour des raisons de marché. Nous avons commencé avec des voitures électriques à batterie et ce jusqu'en 2014. Quand les premiers véhicules légers à hydrogène sont apparus, nous avons alors bifurqué sur l'hydrogène. Avec les voitures à batterie, nous avions déjà avancé d'un grand pas pour améliorer la pollution de l'air. Mais les véhicules à hydrogène étaient plus adéquats pour des activités intensives et aléatoires comme le taxi, parce qu'on peut faire un plein en seulement quelques minutes.
 

En 2015, ce choix était un peu un pari, non ?

Oui, dans la mesure où ne parlait pas, ou peu, d'hydrogène à cette époque. Mais aujourd'hui, on voit que c'est un choix gagnant. Le développement de l'hydrogène fait l'objet de plusieurs plans de développement massif. Il est considéré comme une énergie très prometteuse au niveau européen, et donc français.
 

Est-ce que le plan du Gouvernement français est une bonne chose, pour vous ?

Je ne peux être que ravi des efforts du Gouvernement et de l'ensemble des Etats au niveau européen pour faire accélérer l'émergence de la filière. Et nous sommes maintenant bien positionnés pour profiter de cette situation et pour aider en créant, avec notre écosystème, des effets d'entraînement sur la filière automobile française.

 

La stratégie française pour le développement de l’hydrogène décarboné en France
 

L’hydrogène est un pilier de la stratégie gouvernementale de décarbonation contre le réchauffement climatique, les pollutions atmosphériques et sonores. Cette ambition a été affirmée en 2015 avec un objectif de neutralité carbone à horizon 2050. La Stratégie nationale de développement de l’hydrogène vert, quant à elle, a été présentée le 8 septembre 2020.

La production de l’hydrogène décarboné – l’hydrogène vert – devient une priorité pour les pouvoirs publics. L’hydrogène décarboné sera produit par électrolyse via des installations d’énergie renouvelables (éolien, solaire….) et par un tissu industriel fort d'usines géantes.

7 Mds €, d’ici à 2030, sont consacrés à ce développement, dont 2 Mds € en 2021-2022.

> Tout savoir sur les enjeux de  l'hydrogène avec le dossier sur le site du ministère de l'Écologie


Et puis, on se sent aussi acteurs de la transition énergétique. Notre projet est un des éléments qui permet d'agir de manière concrète dans ce domaine. Proposer des taxis à hydrogène, c'est aussi permettre à l'usager de faire un choix en faveur de la planète en prenant un taxi qui ne pollue pas.
 

2009, 2015… Quelle sera la prochaine étape ?

J'en vois déjà deux ! À la fin de ce premier semestre 2021, la première station de recharge à hydrogène décarboné ouvrira porte-de-Saint-Cloud. La nouveauté c'est qu'elle produira l'hydrogène sur place par électrolyse en utilisant de l'électricité verte. L'hydrogène sera donc 100 % décarboné.

La seconde, c'est 2024 et les Jeux Olympiques. Notre challenge est de proposer une flotte de 10 000 véhicules à hydrogène.