Nouvelle-Calédonie : une "nouvelle étape vers l’accomplissement des promesses de l’Accord de Nouméa"

Le 17e Comité des signataires de l’Accord de Nouméa s’est réuni mardi 27 mars 2018 sous la présidence du Premier ministre Édouard Philippe et en présence d’Annick Girardin, ministre des Outre-mer. Il portait principalement sur la préparation de la consultation prévue par l’Accord de Nouméa, qui sera organisée le 4 novembre 2018.
 
XVIIème Comité des signataires de l'accord de Nouméa

L’un des enjeux majeurs de ce 17e Comité était la formulation de la question qui sera posée aux électeurs. Mais d’autres sujets ont évidemment été abordés : l’avancée de l’organisation de la consultation, la question de la sécurité et de l’ordre public en cette année exceptionnelle pour la Nouvelle-Calédonie.

Le Comité a travaillé de longues heures, dans le respect des exigences de clarté, de sincérité et de loyauté qui sont au cœur de ce processus historique.

Après concertation, le Premier ministre a proposé la formulation suivante :
"Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ?"
Cette formulation sera soumise au Conseil d’Etat.

"Cette formulation a un sens politique profond : elle permet à chacune des forces politiques de se positionner clairement", a précisé le Premier ministre. Elle est "claire et sans ambiguïté".

Des promesses de paix, de dialogue, de consensus

Après le Comité des signataires de novembre qui avait permis de trouver un accord concernant la liste électorale de la future consultation, la visite du Premier ministre en Nouvelle-Calédonie en décembre, le vote du projet de loi organique par le Sénat et l’Assemblée nationale, il s’agit d’une "nouvelle étape vers l’accomplissement des promesses de l’Accord de Nouméa", qui sont des "promesses de paix, de dialogue, de consensus".

Il faut saluer "l’esprit de responsabilité qui anime tous les membres du comité". L’ensemble des groupes politiques a réaffirmé son souhait d'une consultation qui se déroule dans un climat apaisé. "L’Etat a réaffirmé sa détermination à assurer la sécurité en Nouvelle-Calédonie et à poursuivre la mobilisation des moyens nécessaires", a déclaré Édouard Philippe.