8 novembre 2018

Lutte contre le harcèlement : le Gouvernement s’associe au fonds pour le civisme de Facebook

Lancée en 2015, la Journée de lutte contre toutes les formes de harcèlement à l'école se tient ce 8 novembre 2018. À l’occasion de cette 4e édition, la délégation interministérielle à la Lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT a annoncé s'associer au fonds pour le civisme en ligne de Facebook.
 

Un appel à projet lancé jusqu’au 15 décembre 2018

La délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (DILCRAH) s’associe au fonds pour le civisme en ligne Facebook, lancé ce  7 novembre 2018. C'est ce qu'a annoncé Marlène Schiappa, la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations.



L’initiative est animée par un comité d’experts indépendants issus d’horizons très divers. Parmi eux : Raymond Artis, président de la Fédération des conseils de parents d'élèves, Patrice Huerre, pédopsychiatre spécialiste des adolescents ou Frédéric Potier, préfet et délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT.

Ce fonds pour le civisme est financé à hauteur d’un million d’euros pour travailler sur trois grands objectifs :
 
  1. la lutte contre le harcèlement en ligne
  2. la lutte contre les discours de haine
  3. le développement de l’esprit critique.
Jusqu’au 15 décembre 2018, les associations, start-up ou grosses entreprises pourront répondre à un appel à projets, qui récompensera en février prochain un projet à hauteur de 200 000 euros, ainsi qu’une dizaine de projets lauréats.

Ne pas laisser prospérer les discours de haine sur Internet


"La DILCRAH apportera son expertise et son volontarisme pour renforcer ce combat en faveur des valeurs humanistes et républicaines", a déclaré son représentant. "Ne pas laisser prospérer les discours de haine et promouvoir des valeurs démocratiques et citoyennes, tel doit être notre objectif commun."

Ces dernières années, le harcèlement en ligne est devenu une réalité préoccupante pour les pouvoirs publics. En 2014, une étude publiée par l’Unicef estimait que 12, 5 % des enfants français étaient victimes de cyber-violence ou de cyber-harcèlement. À l’époque déjà, l’étude pointait des conséquences alarmantes pour les adolescents : 36 % des adolescents victimes de cyber-harcèlement déclaraient en souffrir psychologiquement. Encore plus alarmant, l’étude révélait que plus d’un adolescent sur quatre avait déjà pensé au suicide.
 

Lutter contre toutes les formes de harcèlement à l’école


L’association de la DILCRAH au fonds pour le civisme de Facebook vient pleinement s’inscrire dans la Journée de lutte contre toutes les formes de harcèlement à l'école. En France, on estime que 700 000 élèves sont victimes de harcèlement à l’école, soit 5 à 6 % des élèves. Pour y faire face, le ministère de l’Éducation nationale mène depuis 2015 une campagne de sensibilisation centrée sur le cyber-harcèlement.



Tous les enfants doivent se rendre à l'école en confiance, confiance dans leurs camarades et en eux-mêmes", a déclaré le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Pour accompagner les victimes de harcèlement à l’école, un site est mis à disposition. Des espaces sont également dédiés pour les témoins de violence, parents d’élève et professionnels de l’enseignement. Enfin, le numéro d’écoute et de prise en charge, le 3020 est mis au service des familles et des victimes de harcèlement.