Emmanuel Macron, le Président de la République, dans une cantine d'école

Lutte contre la pauvreté : des repas à 1 euro à la cantine et des petits déjeuners proposés dans les écoles prioritaires

La stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté a été présentée le 13 septembre, par le Président de la République. Parmi les mesures pour relever le défi de la pauvreté, on trouve l'instauration des petits déjeuners à l'école dans les REP et REP+ et de repas à la cantine à 1 euro.
 
Selon le Credoc (étude 2016), si 7 % des enfants ne prennent pas de petit déjeuner, ils sont 15 % s’il s’agit d’enfants de foyers défavorisés. Pas besoin d’être nutrionniste pour savoir que rien ne vaut un petit déjeuner complet pour entamer la journée bon pied, bon oeil. Ceci est d’autant plus vrai pour les enfants dont les cerveaux commencent à phosphorer aux heures matinales. Bien manger permet de mieux se concentrer en classe.

Facteur d’inégalité

Un rapport de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée remis à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, le 15 mars dernier, indique qu’un élève sur trois en moyenne va à l’école sans avoir mangé, avec une proportion plus importante s’il s’agit d’enfants défavorisés. Si le chemin vers la réussite scolaire passe aussi par l’alimentation, les facteurs sociaux là encore constituent un facteur d’inégalité.

Emmanuel Macron, à la tribune lors de la présentation de la  Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvretéAujourd’hui, "l'alimentation est un droit fondamental des enfants qui peine à être garanti", a constaté le chef de l'Etat lors de la présentation de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté, le 13 septembre 2018.


 

Une alimentation équilibrée pour tous

Des petits déjeuners dans les territoires fragiles, des tarifs de cantines plus accessibles et des programmes d'accès à l'alimentation infantile : c'est le menu préconisé pour lutter contre les inégalités sociales et promouvoir l’importance d’une bonne alimentation pour mieux apprendre.

Photo de six tomates rouges en barquette de plastique transparentLe chef de l’État a souhaité un "accès à la cantine plus universel" avec "des repas à un euro" dans les petites communes et les quartiers prioritaires et "des petits déjeuners dans les écoles prioritaires" pour que tous les enfants commencent la journée dans les mêmes conditions de réussite.

Parmi les 5 engagements de la Stratégie contre la pauvreté, l’engagement 2 entend "Garantir aux enfants les droits fondamentaux des enfants", particulièrement en apportant une alimentation équilibrée pour tous les enfants dans les zones fragiles :
  • Un mécanisme d’incitation pourrait être mis en place pour les communes les plus fragiles pour appliquer une tarification sociale de la restauration scolaire avec un plafond du barème le plus bas à 1 euro le repas.
  • Il conviendrait aussi d’encourager les dispositifs de petit déjeuners pour tous, associant les parents et promouvant l’éducation alimentaire et les circuits courts.

Le programme "Manger Malin", pour les familles avec enfants de moins de 3 ans, sera généralisé. Il qui réduit considérablement le coût de l’alimentation infantile, en particulier le lait maternisé.