Me déplacer plus facilement en train partout en France

Transition écologique
Publié le : 23 juillet 2021
Train en montagne
Photo : CC-BY_Gasduub_Getty images

Comment développer les petites lignes de train ? Qu’est-ce que le plan de soutien aux petites lignes ferroviaires ? Qui va en bénéficier et à quelles échéances ? Retrouvez ici les réponses à ces questions.

Objectif de petites lignes ferroviaires à rénover sur la période 2017-2022
1500 km

Qu’est-ce qu’on appelle « petites lignes de train »? 

Les petites lignes représentent environ un tiers du réseau ferroviaire français, soit 9000 km. Elles accueillent 17 % du trafic de trains régionaux et constituent souvent des moyens de déplacement essentiels, notamment pour les habitants des territoires ruraux et des villes moyennes.

Qu’est-ce que le plan de soutien aux petites lignes ferroviaires ?

Le Gouvernement, dans la cadre de la politique des transports qu’il a mise en place grâce aux lois pour un nouveau pacte ferroviaire en 2018 et d’orientation des mobilités en 2019, soutient très fortement le développement du transport ferroviaire et a fait des petites lignes une de ses priorités, en particulier pour la desserte de certains de nos territoires disposant de peu d'alternatives en termes de transports.

C'est pourquoi, après des décennies de sous-investissement, il a engagé avec SNCF Réseau et les Régions volontaires, un plan de revitalisation des lignes de desserte fine du territoire prévoyant également une clarification de leur gouvernance. Plus de 6,5 milliards d’euros sont à investir dans les 10 ans pour la sauvegarde de ces lignes. Cinq protocoles d’accord ont d’ores et déjà été signés depuis février 2020 avec les Régions Centre-Val de  Loire, Grand Est, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Bourgogne-Franche-Comté et Nouvelle-Aquitaine. Plusieurs autres devraient être signés prochainement.

Au 1er juin 2021, près de 6500 km de lignes étaient concernées par les 8 protocoles d’accord déjà signés ou adoptés par les assemblées régionales, pour des engagements financiers de 5 Mds€.

Qu’est-ce que la régénération des lignes ferroviaires ?

Les lignes ferroviaires doivent faire l’objet d’une rénovation lourde selon une périodicité de 15 à 30 ans, en raison de la dégradation progressive des infrastructures engendrée par la circulation des trains et par l’environnement naturel. Lorsque ces dégradations atteignent un degré trop important et en l’absence de travaux de régénération, il devient nécessaire d’imposer aux circulations ferroviaires des limitations temporaires de vitesse sur les sections les plus atteintes, voire de suspendre les circulations jusqu’à remise en état de la voie, de la plateforme ferroviaire, des ouvrages d’art et des équipements (signalisation, caténaires etc). Les circulations sur les petites lignes ferroviaires ont souvent subi de telles restrictions.

A qui profitera ce plan de soutien ?

Ce plan de soutien permettra à l’ensemble des usagers des lignes régionales de bénéficier dans les prochaines années de l’amélioration de l’état des infrastructures ferroviaires, dont découleront des gains en termes de fiabilité et de régularité des circulations. Il donnera également aux Régions la possibilité de proposer une offre de transport élargie.

La carte ci-dessous permet de visualiser où se situent ces lignes de desserte fine du territoire, souvent appelées « petites lignes » (catégories UIC 7 à 9 dans le classement de l’Union internationale des chemins de fer) :

Carte de France indiquant les dessertes des "Petites lignes"

Le Gouvernement à vos côtés

Afin de répondre à l’objectif de remise à niveau du réseau des petites lignes dans la décennie à venir, le Gouvernement s’est fixé un objectif de 1500 km à rénover sur la période 2017-2022. Au 31 mai 2021, plus de 930 km avaient déjà été réalisés alors qu’un important effort financier en faveur des petites lignes est à l’œuvre depuis 2019.

La régénération des petites lignes ferroviaire est principalement financée au titre des contrats de plan Etat-Régions (CPER) par l’Etat et les Régions. Afin d’accélérer la mise en œuvre de cette priorité du Gouvernement, une enveloppe budgétaire de 300 M€ a allouée dans le cadre du plan de relance en complément des financements de l’Etat déjà existants.

Pour en savoir plus