Retour
Police de sécurité du quotidien

Intérieur

Que fait-on pour renforcer la sécurité près de chez moi ?

Police de sécurité du quotidien

C’EST DÉCIDÉ C’EST EN COURS C’EST APPLIQUÉ

QU’EST-CE QUI A CHANGÉ ?

Depuis février 2018, la police de sécurité du quotidien (PSQ) a été mise en place sur l’ensemble du territoire national.

La PSQ a pour objet de répondre concrètement aux attentes exprimées par les citoyens. Elle a pour mission d’assurer la tranquillité et la sécurité publiques en luttant contre les délits et les comportements qui ne respectent pas la loi et les citoyens (incivilités, rodéos motorisés, agressions, trafics…).

La mesure doit :

  • permettre aux policiers et gendarmes d’adapter leurs actions aux situations particulières qui existent dans leur quartier ;
  • améliorer les relations avec la population et l’accueil des victimes dans les commissariats et les gendarmeries ;
  • simplifier les démarches.  

POURQUOI CETTE RÉFORME ?

Cette réforme permet de mieux garantir la sécurité des habitants, quel que soit leur lieu d’habitation.

La police de sécurité du quotidien permet de :

  • renforcer la présence des policiers et gendarmes dans les rues ;
  • proposer une police adaptée aux besoins de la population de chaque quartier ;
  • améliorer la qualité du service public rendu aux citoyens.

POUR QUI ?

Pour tous, partout : la police de sécurité du quotidien est la police de tous les citoyens, partout sur le territoire national. Les efforts sont plus importants dans les quartiers où la délinquance et les nuisances quotidiennes sont plus importantes, en particulier dans les quartiers de reconquête républicaine.

D’ici la fin du quinquennat, 60 quartiers de reconquête républicaine auront été installés.

COMMENT CELA FONCTIONNE ?

C’est simple : la PSQ est une police de résolution de problèmes, à l’écoute des préoccupations des citoyens.

1- Une police « sur mesure » en fonction du lieu

Dans une grande ville, une zone touristique ou un quartier dont la population est très concentrée, les formes de délinquance sont différentes. Par conséquent, dans le cadre de la police de sécurité du quotidien, chaque service ou unité met en œuvre des plans d’action adaptés aux types de délinquance de ses quartiers.

2- Une police partenariale

L’action est coordonnée avec tous les acteurs de la sécurité du quartier : policiers, gendarmes, élus locaux, bailleurs, opérateurs de transport, polices municipales, agents de sécurité, conseils de quartier…

3- Une police à l’écoute des habitants

Chaque jour, les forces de l’ordre sont en contact avec la population. Un délégué ou référent dans chaque commissariat de police ou compagnie de gendarmerie est en contact avec les conseils de quartier et les associations d’habitants et de commerçants. L’accueil des victimes est amélioré.

La qualité du service rendu fait l’objet d’une évaluation régulière pour permettre une adaptation permanente aux besoins exprimés par la population.

4- Des moyens plus nombreux

  • 10 000 postes supplémentaires de policiers et de gendarmes d’ici 2022 ;
  • des effectifs supplémentaires viennent renforcer les quartiers de reconquête républicaine: dès leur arrivée, ces personnels supplémentaires sont immédiatement opérationnels et vont sur le terrain ;
  • plus de caméras vidéo dans les rues et les transports, et des forces de l’ordre équipées de caméras-piétons pour réduire les risques et constater les infractions.

EST-CE QUE CELA FONCTIONNE ? 

Un an après la mise en place de la police de sécurité du quotidien, on constate une nette baisse de tous les types de vols et cambriolages :

  • - 10 % pour les vols à main armée ;
  • - 7 % pour les vols violents sans arme ;
  • - 2 % pour les vols simples ;
  • - 6 % pour les cambriolages.

VOUS AVEZ D’AUTRES QUESTIONS ?

Voir plus d'actions