Retour
Que fait-on pour reloger les personnes sans domicile ?

Cohésion des territoires

Que fait-on pour reloger les personnes sans domicile ?

Logement d’abord

C’EST DÉCIDÉ C’EST EN COURS C’EST APPLIQUÉ

QU’EST-CE QUE LE PLAN LOGEMENT D’ABORD ?

Le Plan Logement d’abord est un ensemble de mesures conçues pour proposer rapidement aux personnes sans domicile un logement individuel et des aides concrètes pour le conserver. Il permet de sortir les sdf de la rue, d’éviter des expulsions et de loger à bas loyer les familles les plus pauvres.

Le Plan Logement d’abord prévoit sur 5 ans de :

  • financer la construction de 40 000 logements à bas loyer par an, pour loger des familles ;
  • mettre en location 40 000 places en intermédiation locative : des associations et des agences immobilières sociales garantissent le paiement des loyers et des charges aux propriétaires privés qui acceptent de louer à des personnes ayant de faibles revenus ;
  • créer 10 000 places en pensions de famille pour les personnes seules très pauvres.

POURQUOI CETTE MESURE ?

Pour loger durablement les personnes sans domicile ou ne pouvant plus payer leur loyer.

Le nombre de places d’hébergement a beaucoup augmenté entre 2012 et 2018. Mais loger les personnes sans domicile en centres d’hébergement d’urgence ou à l’hôtel plusieurs semaines ou plusieurs mois n’est pas satisfaisant. Les lieux ne sont pas adaptés et ces mesures sont coûteuses.

Être correctement logé est indispensable pour trouver un emploi ou une formation. C’est une condition décisive pour s’insérer dans la société.

POUR QUI ?

Pour les sans-abris, les personnes et les familles ayant des difficultés financières qui les empêchent de payer et garder un logement.

OÙ EN EST-ON ?

Le Plan Logement d’abord existe depuis le 1er janvier 2018 et il est lancé en priorité sur 24 territoires (villes, communautés de communes, départements…).

Découvrir la liste des territoires concernés

EST-CE QUE CELA FONCTIONNE ?

En 2018, 70 000 personnes sans domicile ont pu être logées en logement social, en pensions de famille ou en intermédiation locative. C’est 20 % de plus qu’en 2017.

Il reste beaucoup à faire pour orienter les personnes en situation de précarité vers un logement digne et pérenne mais les dynamiques sont désormais en places.

33 000 logements sociaux à très bas loyer ont été financés en 2018.

VOUS AVEZ D’AUTRES QUESTIONS ?

Voir plus d'actions