28 février 2019 - Actualité

Le rapport 2018 sur les nouveaux indicateurs de richesse

Le rapport 2018 sur les nouveaux indicateurs de richesse est disponible. Comme chaque année depuis 2015, il fait apparaître, à travers 10 indicateurs de référence, les statistiques complètes et les données les plus récentes sur la situation économique, sociale et environnementale de la France.
 

L'éditorial d'Édouard Philippe, Premier ministre


Le  grand  débat  qui  se  déroule  actuellement  doit  nous  permettre  de  construire  un  nouveau  contrat  pour  la  Nation.  Je  souhaite  qu’il  fasse  émerger des solutions qui contribuent à faire évoluer notre société vers un modèle à la fois plus prospère, plus inclusif et plus respectueux de notre environnement.

Pour apprécier les progrès vers cet objectif, il est désormais clair que la  seule  mesure  du  Produit  Intérieur  Brut  ne  suffit  pas.  Faire  émerger  un  nouveau  modèle  de  croissance  passe  par  la  définition  d’objectifs  concrets dans d’autres dimensions que la seule croissance, et il faut pour cela disposer de nouveaux outils de mesure. Faisant suite à l’impulsion donnée en France par la Commission sur la Mesure de la Performance Economique et le Progrès Social en 2009 (commission dite  "Stiglitz-Sen-Fitoussi"),  une  batterie  d’indicateurs  a  été développée  afin  de  mieux  diagnostiquer  les  enjeux  du  développement  durable  et  de  suivre  les  progrès  de  notre  société au regard de cet objectif.

Le  présent  rapport  retranscrit  l’évolution  d’une  sélection  synthétique  de  10  indicateurs  de développement durable. Ces indicateurs sont les mêmes depuis 2015, ce qui permet d’apprécier  leur  évolution  récente,  et  de  les  comparer  à  la  situation  chez  nos  principaux  voisins  européens.  Pour  chacun  de  ces  indicateurs,  ce  rapport  explique  comment l’action  du  Gouvernement  vise  à  progresser  sur  l’objectif  sous-jacent.  Par  les  différentes  transformations qui ont été engagées depuis 18 mois, un des objectifs du Gouvernement est  d’améliorer  la  situation  de  la  France  au  regard  de  ces  "nouveaux  indicateurs  de  richesse". En particulier, un des objectifs prioritaires poursuivi par le Gouvernement est de lutter contre les inégalités à la racine, que ce soit dans l’accès à l’emploi, à l’éducation, au logement, à la santé, ou encore dans la lutte contre le changement climatique qui affecte en premier lieu les plus démunis.

Cette ambition est aussi partagée au niveau international. En septembre 2015, les 193 Etats membres de l’ONU se sont engagés à mettre en œuvre de concert 17 objectifs universels du Programme  de  développement  durable  à  l’horizon  2030,  un  plan  d’action  ambitieux  « pour l’humanité, la planète et la prospérité » qui constitue le cœur de l’Agenda 2030 des Nations unies. Pour  mettre  en  œuvre  l’Agenda  2030  en  France,  un  groupe  de  travail  associant  des  représentant  de  l’ensemble  de  la  société  française,  a  abouti,  en  juillet  2018,  à  une  liste  globale d’indicateurs pour suivre la contribution et les ambitions de la France. Ils incluent les 10 indicateurs de richesse détaillés dans ce rapport, qui font désormais partie intégrante du suivi des contributions de la France aux objectifs de développement durable et des efforts de transformation de notre société vers un modèle plus soutenable.   

Les nouveaux indicateurs de richesse doivent être utiles à tous les citoyens pour évaluer l’évolution  de  la  société  et  l’efficacité  des  transformations  engagées.  L’analyse  de ces indicateurs ne doit pas rester cantonnée à une discussion d’experts et de statisticiens. Très concrets, ils ont vocation à pouvoir être commentés par tous. Je souhaite qu’ils puissent être diffusés largement, pour que toutes les parties prenantes et les citoyens puissent se les approprier.

Le Grand Débat National en cours est une opportunité unique de susciter les échanges sur les  enjeux  de  développement  durable.  Que  ce  soit  sur  la  fiscalité,  la  justice  sociale  ou  la transition écologique, les débats bénéficieront de l’éclairage de ces nouveaux indicateurs de richesse, qui donnent la situation de la France dans ces domaines, ainsi que les objectifs poursuivis  par  l’action  du  Gouvernement.  Cet  éclairage  initial  est  essentiel  pour  le  débat  public.

Il est devenu urgent de construire dans les faits un modèle de société prospère, durable et inclusif. Cette entreprise requiert l’action de tous, et des transformations profondes dans nos anières de consommer, de produire, d’interagir entre nous. Mais elle requiert aussi un diagnostic objectif sur l’état de la France ; ce rapport y contribue. Je formule le vœu que le Grand Débat fasse émerger des objectifs concrets et partagés, et des idées nouvelles pour transformer notre société.