Coordination du travail gouvernemental

Le Comité Interministériel du handicap du 5 juillet 2021


Depuis 2017, le handicap constitue une des grandes priorités du quinquennat. La réunion du 5e Comité interministériel du handicap de la mandature nous rappelle que c’est ensemble, ministres et représentants de la société civile, que nous pouvons réaliser des avancées concrètes au profit des 12 millions de personnes en situation de handicap et de leurs 8 millions d’aidants.

Depuis 2017, le handicap constitue une des grandes priorités du quinquennat.

La réunion du 5e Comité interministériel du handicap de la mandature nous rappelle que c’est ensemble, ministres et représentants de la société civile, que nous pouvons réaliser des avancées concrètes au profit des 12 millions de personnes en situation de handicap et de leurs 8 millions d’aidants.

En quatre ans, notre ambition reste la même : améliorer et simplifier le droit des personnes, leur autodétermination et poursuivre la construction d’une société inclusive, plus juste et plus équitable. Tels sont nos objectifs. Ce cap, nous l’avons tenu tout au long de la crise sanitaire.

Le Gouvernement s’est pleinement mobilisé pour garantir les droits et les ressources des personnes en situation de handicap, en veillant à ce que leurs besoins spécifiques soient bien pris en compte, dans le cadre des confinements successifs comme dans l’organisation de la campagne de vaccination.

Dans ce contexte, il était impératif de reconnaître l’engagement constant des professionnels soignants des établissements et services médico-sociaux en étendant, dans le cadre de protocoles d’accords signés en mai dernier, le bénéfice des revalorisations inédites du Ségur de la santé.

Plus encore, cette crise a renforcé notre détermination à améliorer le quotidien des personnes et de leur famille, dans tous les aspects de leur vie.

L’éducation et la formation représentent des leviers essentiels pour garantir l’insertion sociale et l’émancipation des personnes.

Afin de donner toutes les chances aux jeunes de devenir les citoyens autonomes de demain, nous avons accéléré le repérage et l’intervention précoce des enfants présentant des troubles du neuro-développement (TND), nous avons considérablement avancé dans le déploiement de l’école inclusive et amorcé la même mécanique dans l’accès à l’enseignement supérieur et l’apprentissage. Les résultats sont là. En quatre ans, le nombre d’élèves en situation de handicap scolarisés à l’école ordinaire a augmenté de 20 %. Entre 2020 et 2021, le nombre d’apprentis en situation de handicap a augmenté de 71 %.

Affirmer l’autonomie des personnes passe aussi par le développement de l’emploi. C’est tout autant un élément de performance sociale pour les entreprises qui s’enrichissent de compétences nouvelles. Pour cela, l’État soutient le recrutement des personnes en situation de handicap avec une aide exceptionnelle à l’embauche de 4 000 €, qui a été prolongée jusqu’à la fin de l’année. Le développement de l’emploi public des personnes handicapées est aussi un axe prioritaire qui mobilise tous les ministères. La plateforme « Impact Handicap » va prochainement permettre aux employeurs privés comme publics de valoriser leur politique RH inclusive. Pour aller plus loin, un plan d’action visant à favoriser tout en sécurisant les parcours professionnels des travailleurs en établissements et services d’aide par le travail (Esat) est lancé.

Améliorer le pouvoir d’agir des personnes en situation de handicap représente un axe clé de la mobilisation interministérielle.

Nous soutenons les personnes et leurs aidants dans toutes les dimensions de leur vie, en développant l’accompagnement de proximité, au plus près de leurs besoins et pour permettre de faire aboutir leur projet. Développer l’habitat inclusif, mobiliser des technologies pour améliorer l’autonomie (notamment les aides à la communication alternative améliorée), répondre dignement à ceux qui ont les besoins les plus complexes comptent parmi nos priorités.

En parallèle, nous poursuivons avec la même détermination la simplification des droits. Cela passe particulièrement par le déploiement des droits à vie afin d’alléger les démarches administratives des personnes et de leur famille et par la réduction des délais d’instruction des dossiers.

Il est également important de reconnaître aux personnes en situation de handicap, comme à tout citoyen, un accès à la vie intime, affective et sexuelle en offrant les ressources et un accompagnement dans tous les territoires.

Adapter la société pour la rendre pleinement accessible constitue une exigence qu’il nous faut poursuivre en lien avec l’ensemble des acteurs de la vie sociale et économique.

Parce que c’est avant tout à l’environnement d’évoluer et non aux personnes, l’ensemble du Gouvernement s’implique de manière inédite dans la mise en accessibilité des élections, des démarches administratives en ligne et de la communication gouvernementale.

Afin d’améliorer la portée de chacune de ces actions et parvenir à cette société inclusive, changer le regard sur le handicap est primordial. Une campagne nationale de sensibilisation sera lancée à l’automne pour garantir aux personnes en situation de handicap leur juste place de citoyen à part entière. 

La France porte une ambition forte, qu’elle portera lors de l’audition prochaine devant l’Organisation des Nations unies (ONU) et qu’elle réaffirmera pleinement durant la prochaine présidence française de l’Union européenne au 1er janvier 2022 en enrichissant la nouvelle stratégie relative aux droits des personnes handicapées avec nos partenaires européens.

Cette mobilisation générale, avec et pour les personnes en situation de handicap, continuera jusqu’au dernier jour du quinquennat. Il nous reste dix mois pour accélérer les réformes, dans une relation de confiance entre l’État, les personnes et leurs représentants, les acteurs institutionnels et associatifs et les collectivités territoriales.

Nous en sommes convaincus : quand des avancées sont réalisées pour améliorer la vie des personnes handicapées, c’est toute la société qui progresse.

Jean Castex, Premier ministre

Sophie Cluzel, Secrétaire d’État auprès du Premier ministre en charge des personnes handicapées

Pour découvrir le dossier de presse du Comité Interministériel du Handicap du 5 juillet 2021 : 

Partager cette page