2 octobre 2018 - Actualité

La consultation citoyenne sur la dépendance est lancée !

Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé lance une concertation nationale sur la question de la dépendance. L'enjeu : financer la prise en charge des personnes âgées.
 

Explosion des dépenses de santé liées à la dépendance

Trois fois plus de personnes de plus de 85 ans d’ici 2050 : cette tranche d’âge passera de 1,5 million aujourd’hui à 4,8 millions dans 30 ans, selon l’Insee.



Conséquence directe de  l'évolution démographique de nos aînés : le financement de la prise en charge des personnes âgées dépendantes augmentera considérablement. Les dépenses liées à ce type de frais de santé qui représentent actuellement 30 milliards d’euros annuels (dont 24 milliards pris en charge par le secteur public) augmentera considérablement. Cela devient un enjeu prioritaire.

Le problème concerne également les ménages. Une étude publiée par la Mutualité française révèle en effet qu’un hébergement en maison de retraite coûte en moyenne 2 000 euros par mois - après déduction des aides existantes - aux personnes les plus dépendantes. Un coût bien supérieur à leurs revenus dans plus de la moitié des cas. Qu’en sera-t-il en 2050 ?

Le choix de la consultation

"Nous sommes tous concernés par le vieillissement", a sensibilisé Agnès Buzyn au micro de RTL, le 1er octobre 2018. Pour répondre collectivement à cet enjeu, la ministre des Solidarités et de la Santé a lancé une grande concertation nationale.

Pour participer, c’est simple : une plateforme est mise à disposition des citoyens jusqu’au 1er décembre 2018 pour répondre à la question : "Comment mieux prendre soin de nos aînés ?".

Changer de regard

Dès à présent, chacun peut se positionner sur des solutions et rédiger ses propres propositions en 140 caractères. En parallèle, des forums régionaux, ateliers thématiques et entretiens avec une soixantaine de personnes âgées seront organisés pour compléter la concertation citoyenne.

"Il est de notre devoir de préparer l’avenir pour que les besoins en santé des personnes de plus de 65 ans soient mieux pris en charge et qu’elles soient pleinement intégrées à notre société", affirmait Agnès Buzyn le 4 septembre dernier, déclarant : “je souhaite impulser une transformation du modèle et un changement de regard."

L’objectif de la future loi est clair : assurer un système de santé durable pour  les dépenses liées à la perte d’autonomie des personnes âgées.