Vol en flyboard
20 mai 2019 - Actualité

L’innovation, nerf de la guerre des armées françaises

Ne pas baisser la garde grâce à la maîtrise des technologies de pointe. Le ministère des Armées était présent au Salon VivaTech, du 16 au 18 avril 2019, à Paris. Au sein du ministère, l’Agence d'innovation de défense (AID) a pour mission de découvrir et d'accompagner les innovations les plus récentes pouvant répondre aux objectifs des armées françaises.
 
L’innovation numérique n’est plus une option mais une nécessité. Cela est d’autant plus vrai pour les armées françaises dont le niveau d’efficacité est directement lié aux innovations technologiques de pointe, voire de rupture. Une nécessité marquée par le fait que la révolution digitale intègre de plus en plus d’algorithmes sophistiqués, l’intelligence artificielle, la gestion experte des "big data", etc.

Présente au Salon VivaTech 2019, "Sophie", capitaine de Corvette, qui se définit comme  un "découvreur d’innovations", évolue dans l’écosystème des start-up et des entreprises innovantes, en dehors du secteur de la défense, pour détecter les innovations pouvant intéresser le ministère des Armées.
 
Découvrez l'Agence de l'innovation de défense
 

des innovations au sein du monde civil

Le développement de l’innovation est ainsi organisée au sein de la Direction générale de l’armement (DGA) par l’Agence de l'innovation de défense (AID).

Celle-ci s’est dernièrement dotée d’une mission de détection des innovations émergentes au sein du monde civil. L’objectif est de susciter, capter et intégrer les avancées technologiques les plus pointues, provenant notamment des start-up, pour les amener à maturité en produits ou services et répondre à la diversité des enjeux : opérationnels, technologiques, organisationnels et industriels.

Créée en 2018, l’AID compte plus d’une centaine de personnes dans ses rangs. Elle s’appuie sur un budget de 1,2 Md€.

Exemple d'innovation accompagnée par la Direction générale de l'armement et l’Agence de l'innovation de défense, le robot mobile Stamina de l’Institut de recherche Saint-Louis, qui se déplace de manière autonome via une navigation par l’image.