L’éloquence pour parler de la planète

Transition Écologique
Publié le : 01/07/2021
Une jeune fille parle dans un porte-voix dans un pré avec un globe terrestre sous le bras
Photo : Getty Images
Cinq duos de jeunes vont porter haut les valeurs de l’écologie avec pour arme de persuasion, l’art oratoire. Cinq duos, un vainqueur : lequel saura le mieux emporter l’adhésion du public ? Réponse, ce 2 juillet 2021, à Paris.

La planète a besoin d’ardents défenseurs, de plaideurs de talent, d’orateurs éloquents, de tribuns audacieux. Les mots ont-ils le pouvoir d’agir sur les maux de la planète ?

C’est la conviction portée par le concours d’éloquence, organisé par la Fédération française de débat et d’éloquence (FFDE) et soutenu par le Gouvernement, qui offre une opportunité d’expression à la jeunesse sur les thématiques de la transition écologique et sur l’action du Gouvernement en la matière.

Après un parcours de sélection entre le 15 mai et le 29 mai, cinq duos mixtes ont été retenus pour s’affronter à l'occasion d’une joute finale qui se déroulera ce 2 juillet 2021, dans le 20ème arrondissement de Paris (103 cours de Vincennes), entre  18h et 21h.

Leurs arguments ? L’engouement pour l’amour du verbe et la formule, servi par la maîtrise de l’art oratoire. Pour ces « couturiers des mots », les planches sont disposées à Wonderland, parc urbain estival, lieu éphémère et culturel dédié à la jeunesse et à l’écologie organisé par We Love Green.

Détails de l'affiche du concours d'éloquence de la FFDE

Les finalistes

Portraits de Liz-Marie Quilfen et Thomas Nicolas, un des 5 duos présent en finale

  • Liz-Marie Quilfren : licencée en droit à Rennes, Liz-Marie projette d'être avocate d'affaires spécialisée en droit des sociétés et en ingénierie patrimoniale. Son goût de la défense des « intérêts justes » n'a d'égal que sa passion de l'art oratoire.
  • Thomas Nicolas : étudiant en L3 à Rennes, Thomas est en route pour un master. Cet assoiffé de rencontres et d'échanges, l'art oratoire en poche, est aussi conseiller municipal.

Portraits de Juliette Danel et de Thibault de Courson, un des 5 duos présent en finale

  • Juliette Danel : elle est en 3e année à l'Institut supérieur d'électronique de Paris pour devenir ingénieur en intelligence artificielle. Le « concours Éloquence pour la planète » est sa première expérience dans le domaine de l’art oratoire. Passionnée de musique et de danse, Juliette perpétue l'héritage antique de l'art oratoire, car la parole est une musique qui se projette dans l'espace.
  • Thibault de Courson : étudiant spécialisé en Intelligence des données à l'École d'ingénieurs du numérique parisienne (ISEP), il découvre l'éloquence en 2018 alors qu'il rejoint l'association de débats de son école, Démosthène. La découverte se mue en passion et il devient président de Démosthèse. Il n'en est pas  à sa première participation à un concours d'éloquence.


Portrait de Zoe Jacquet et de ThomasSzachnik, un des 5 duos présent en finale

  • Zoé  Jacquet :  étudiante en 1e année à Science Po Toulouse. Elle est vice-présidente de l’Association d'éloquence des tribuns. Une passion de l'éloquence partagée avec la pratique du volley. Elle est bénévole à la Croix rouge.
  • Thomas Szachnik : étudiant à Science Po Toulouse, il devrait faire un parcours de mobilité à Hong Kong, l'an prochain. Pour l'heure, le président de l’Association d'éloquence des tribuns cultive sa passion de l'art oratoire découverte à l'âge de 10 ans.


Portrait de Anastasia Guillien et Victorde Laleu, un des 5 duos présent en finale

  • Anastasia Guillien :  elle est étudiante en Master 2, Bordeaux International Relations Degree, à Sciences Po Bordeaux. Elle fut co-présidente de Haut les mots, lauréate du prix Mirabeau 2020, de Dyonisos à la barre par deux fois. Elle a également participé aux championnats de France et au procès de Ching Shih. C’est aussi la fondatrice du concours La parole aux femmes. Projet ô combien important à ses yeux,  elle qui milite pour la démocratisation de la prise de parole des femmes. Une baroudeuse du verbe.
  • Victor de Laleu : il est étudiant en master Intégration et gouvernance européenne à Sciences Po Bordeaux et Collège d'Europe. Il a été responsable, cette année, du championnat de la Fédération française de débat et d’éloquence après avoir été président de Haut les mots. Il a été finaliste du prix Paul Quilès et demi-finaliste du championnat de la fédération.


Portrait de Sophie Meyer et Numa Echailler, un des 5 duos présent en finale

  • Sophie Mayer : étudiante en 2e année à Science Po Strasbourg, elle passionnée de  musique, de théâtre et de dessin. C’est donc tout naturellement que sa passion pour l’art oratoire s’est développée. Elle finit première dans la Joute des femmes au Forum mondial de la démocratie. Elle est finaliste du prix européen d'éloquence à Strasbourg.
  • Numa Echailler : Numa est de Lyon. Il est  étudiant en 2ème année à Science Po Strasbourg. Il a déjà participé à trois concours d'éloquence. Éloquence pour la planète permet à ce polyglotte - il parle quatre langues - de mettre un quatrième concours d'éloquence à sa palette déjà riche.

En vidéo - Qui a gagné ?

Comme les orateurs, le Gouvernement s’engage lui aussi sur l’écologie