Planète et arbres
5 juin 2019 - Actualité

Journée mondiale de l’environnement : contre la pollution de l’air

Depuis 1974, la Journée mondiale de l’environnement, initiée par l’ONU, a lieu chaque 5 juin. L’édition 2019 est centrée sur la pollution de l’air, un problème mondial majeur avec plus de 7 millions de décès par an et 9 personnes sur 10 qui respirent un air pollué.

 

En France, le Gouvernement agit quotidiennement pour lutter contre la pollution de l’air

  • La prime à la conversion aide tous les Français, particuliers et professionnels, à acheter un véhicule neuf ou d’occasion en échange de la mise au rebut d’un vieux véhicule. Cette aide peut atteindre 4 000 € pour l'achat d'un véhicule thermique neuf ou d'occasion et jusqu'à 5 000 € pour l'achat d'un véhicule électrique ou hybride rechargeable, neuf ou d'occasion.
     
  • La prime à la conversion des chaudières : l’État vous aide à remplacer votre ancienne chaudière et à baisser votre facture d’énergie grâce à la prime à la conversion des chaudières, qui s’adresse désormais à tous les Français.
     
  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique : si vous faites des travaux d'isolation de votre habitation principale ou des dépenses pour le rendre moins énergivore, vous pouvez bénéficier d'un crédit d'impôt pour la transition écologique (CITE).
     
  • La mise en œuvre de la fin progressive de la production d’électricité à partir du charbon, à travers la mise à l’arrêt des dernières centrales à charbon en France métropolitaine d’ici à 2022.

UNE PRÉoccupation majeure de santé publique

La question de la qualité de l’air intérieur est aussi une préoccupation majeure de santé publique.

Les Français passent en moyenne 90 % de leur temps dans des espaces fermés et respirent un air qui peut être pollué par les appareils de chauffage, le tabagisme, les produits d’entretien, les peintures, l’ameublement… La réduction de cette pollution de l’air intérieur passe notamment par la surveillance et la connaissance des sources de polluants :
 
  • Surveillance de la qualité de l’air : la loi portant engagement national pour l’environnement a rendu obligatoire la surveillance de la qualité de l’air intérieur dans certains établissements recevant un public sensible, notamment les enfants.
     
  • Réduction de l’exposition aux principales sources de pollution de l’air intérieur en produisant des connaissances sur les risques sanitaires et en travaillant sur l’information et l’étiquetage de certains produits de consommation émetteurs de polluants volatils, tels que les produits désodorisants (encens, bougies, diffuseurs…), les produits d’entretien et les produits d’ameublement.
     
  • Développement du métier de conseiller en environnement intérieur : ces conseillers, intervenant généralement sur prescription médicale, sont chargés d’identifier les diverses sources d’allergènes et de polluants au domicile de personnes souffrant de maladies respiratoires ou allergiques liées à l’air intérieur.