Mis à jour le 22 avril 2021

Éducation

Point de situation

Pour freiner le virus tout en préservant l'éducation, les crèches, écoles maternelles et primaires (à l'exception des structures médico-sociales accompagnant des enfants handicapés), collèges et  lycées sont fermés depuis le mardi 6 avril 2021 et ce pour 3 semaines concernant les écoles, et 4 concernant les collèges et lycées.
 

Calendrier scolaire


Concernant les écoles : 

Dès lundi 26 avril 2021 :
  • Retour en classe en présentiel pour l’ensemble des élèves de maternelle et primaire et leurs enseignants, ainsi que pour les crèches.
  • Enseignements à distance pour les collégiens et les lycéens.
  • Dès lundi 3 mai 2021 :
  • Enseignement hybride pour les lycéens avec mise en place de demi-jauges à l’échelle de chaque lycée.
  • Retour en classe pour les collégiens, et mise en place de l’enseignement hybride pour les classes de 4ème et 3ème des collèges situés dans les 15 départements les plus impactés par l’épidémie : Nord, Aisne, Oise, Yvelines, Seineet-Marne, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine, Val-d’Oise, Val-de-Marne, Essonne, Paris, Sarthe, Loire, Rhône, Bouches-du-Rhône.
Lire aussi : les mesures pour les écoles, collèges et lycées et continuité pédagogique

Concernant les universités :
  • les épreuves sont maintenues pour le brevet et le baccalauréat. Pour les élèves de BTS et des Cours préparatoires aux grandes écoles (CPGE) en lycée, la reprise des cours se fait dans les mêmes conditions que les lycéens. 
  • CPGE : les concours ont lieu en présentiel.
  • Session de rattrapage possible pour les élèves de BTS.
  • Pour l'enseignement supérieur, les examens et partiels auront lieu en présentiel en juin. Les concours sont maintenus sans changement.

Lire aussi : l'enseignement supérieur français mobilisé

Concernant les assistantes maternelles : elles sont autorisées à poursuivre leur activité mais, a regard des conditions sanitaires actuelles, il est fortement recommandé aux parents de ne pas y recourir et de garder eux-mêmes leurs enfants lorsque cela est possible.

 

Enfants des personnels prioritaires


Par ailleurs, un dispositif d'accueil des enfants des personnels prioritaires (soignants, enseignants, forces de sécurité intérieure...) sera organisé dès la semaine du 5 avril en lien avec l'Éducation nationale et les collectivités locales. Voici la liste des professionnels concernés :
  • tous les personnels des établissements de santé ;
  • les biologistes, chirurgiens-dentistes, infirmiers diplômés d’Etat, médecins, masseurs kinésithérapeutes, pharmaciens, sages-femmes, orthophonistes, psychomotriciens, prestataires de santé à domicile ;
  • tous les professionnels et bénévoles de la filière de dépistage (professionnels en charge du contact-tracing, centres de dépistage, laboratoires d’analyse, etc.) et de vaccination (personnels soignants et administratifs des centres de vaccination, pompiers, personnels vétérinaires), ainsi que les préparateurs en pharmacie et les ambulanciers ;
  • les personnels des sites de production de vaccin et intrants critiques ;
  • les agents des services de l’État chargés de la gestion de la crise au sein des préfectures, des agences régionales de santé et des administrations centrales, ainsi que ceux de l’assurance maladie chargés de la gestion de crise ;
  • tous les personnels des établissements et services sociaux et médico-sociaux suivants : travailleurs sociaux du secteur accueil-hébergement-insertion, EHPAD et EHPA (personnes âgées) ; établissements pour personnes handicapées ; services d’aide à domicile (personnes âgées, personnes handicapées et familles vulnérables) ; Services infirmiers d’aide à domicile ; lits d’accueil médicalisés et lits halte soins santé ; appartements de coordination thérapeutique ; CSAPA et CAARUD ; nouveaux centres d’hébergement pour sans-abris malades du coronavirus ;
  • tous les personnels des services de l’aide sociale à l’enfance (ASE) et de la protection maternelle et infantile (PMI) des conseils départementaux ainsi que les établissements associatifs et publics, pouponnières ou maisons d’enfants à caractère social (MECS), les services d’assistance éducative en milieu ouvert (AEMO) et d’interventions à domicile (TISF) et les services de prévention spécialisée ;
  • les personnels de la protection judiciaire de la jeunesse ;
  • les enseignants et professionnels des établissements scolaires, les professionnels des établissements d’accueil du jeune enfant, les assistantes maternelles ou les professionnels de la garde à domicile, les agents des collectivités locales, en exercice pour assurer le service minimum d’accueil, les personnels des CROUS affectés à la restauration ;
  • les forces de sécurité intérieure (police nationale, gendarmerie), les sapeurs-pompiers professionnels, les policiers municipaux, les surveillants de la pénitentiaire, les militaires engagés dans l’opération sentinelle, les douaniers.


Vaccination


Dès le 17 avril 2021, tous les personnels de plus de 55 ans exerçant au contact des élèves en école, collège et lycée (enseignants, ARSH, ATSEM) bénéficieront de créneaux dédiés de vaccination, dans les centres de vaccination concernés par ce circuit rapide.

   
 
 
 

La sécurité sanitaire dans les écoles

Le confinement du printemps 2020 a accru le risque de décrochage scolaire pour les enfants, en particulier les plus défavorisés. Maintenir l’ouverture des établissements scolaires est donc un objectif fondamental.

Les retours en classe se font selon un protocole sanitaire strict :
  • fermeture de la classe dès 1 cas de contamination,
  • renforcement des mesures sanitaires et du port du masque,
  • respect de 2m de distance à la cantine entre les groupes d’élèves,
  • aération renforcée des salles.

La politique de dépistage est renforcée avec notamment 400 000 tests distribués dans les écoles élémentaires dès la semaine du 26 avril 2021 :
  • pour les personnels : distribution de 2 autotests par semaine, à réaliser au domicile ;
  • pour les lycéens à partir de la semaine du 10 mai : réalisation d’1 autotest par semaine en établissement sous la supervision d’un adulte ;
  • pour les collégiens : tests salivaires réalisés dans les écoles ou autotests pour les plus de 15 ans sous la supervision d’un adulte ;
  • pour les élèves : tests salivaires.

Enseignement supérieur

Les formations et concours font l’objet de dérogation et peuvent se tenir dans le respect des mesures sanitaires.

Concernant l’enseignement supérieur, le passage de 100 % des enseignements à distance a été difficile à vivre pour de nombreux étudiants, avec un sentiment d’isolement, mais aussi de vraies difficultés pédagogiques. C'est pourquoi, depuis le 8 février, tous les étudiants peuvent revenir en cours au moins un jour sur cinq, en respectant un protocole sanitaire strict.

Plusieurs services universitaires sont maintenus :
  • accueil sur rendez-vous des élèves dans les bibliothèques universitaires et centres de documentation et dans les salles équipées de matériel informatique ;
  • vente à emporter de repas fournis par le restaurant universitaire ;
  • accueil sur rendez-vous dans les services administratifs ;
  • accès aux services de médecine préventive et de promotion de la santé et services sociaux, aux activités sociales organisées par les associations étudiantes, aux laboratoires et unités de recherche pour les doctorants.

Le port du masque dans les écoles et les établissements scolaires


Pour les adultes : encadrement, personnel administratif, enseignants, responsables légaux des élèves, le masque est obligatoire, quel que soit le niveau, y compris dans les espaces extérieurs de l’établissement (cour de récréation…).
Pour les élèves à partir de 6 ans (élémentaires, collégiens et lycéens) : port du masque obligatoire, y compris dans les espaces extérieurs de l’établissement.
Pour les élèves de moins de 6 ans (en écoles maternelles) : port du masque déconseillé, conformément aux recommandations de l’OMS.

Cas particuliers

  • en internat : pas de masque pour dormir. Les lits sont espacés de plus d’1 mètre ;
  • en cas de pathologie particulière, et sur avis du médecin traitant, un élève peut être dispensé de port du masque ;
  • pour les familles les plus précaires : des masques ont été attribués par les services sociaux compétents. L’établissement peut également en fournir si un élève en situation de précarité n’en dispose pas.

Accompagner les 12 350 000 élèves sur le chemin de la réussite

Évaluer pour s’adapter aux besoins


La progression pédagogique a été adaptée pour la rentrée scolaire 2020/2021, afin de permettre à chaque élève de consolider les apprentissages essentiels de l’année scolaire dernière. Des objectifs pédagogiques ont été mis à disposition des professeurs pour chaque niveau du CP au lycée.

En pratique, les professeurs identifient les besoins individuels grâce aux outils de positionnement, et mettent en œuvre une progression pédagogique spécifique. Un accompagnement personnalisé renforcé est proposé à tous les enfants qui en ont besoin. Les familles en sont informées.
 

Soutenir les familles fragilisées par la crise


Le Gouvernement s’est engagé à soutenir les familles fragilisées par la crise sanitaire :
  • la prime de rentrée scolaire a été revalorisée de 100 € ;
  • la prime d’internat a été revalorisée de 64% ;
  • les fonds sociaux ont été pérennisés et revalorisés de 2% pour soutenir ces familles : 777 M€ seront consacrés à des bourses pour les collégiens et lycéens (434 000 élèves ont été concernés l’an dernier).