Mis à jour le 28 juillet 2021

Éducation

Point de situation


Pour l’année scolaire 2021-2022, le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports entend maintenir une stratégie privilégiant l’enseignement en présence, pour la réussite et le bien-être des élèves, tout en limitant la circulation du virus au sein des écoles et établissements scolaires.

Afin de mettre en œuvre des mesures proportionnées, le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports a établi pour la prochaine année scolaire, en lien avec les autorités sanitaires, une graduation comportant quatre niveaux :     
  • niveau 1 / niveau vert     
  • niveau 2 / niveau jaune     
  • niveau 3 / niveau orange    
  • niveau 4 / niveau rouge

Protocole et cadre de fonctionnement de l'année scolaire 2021-2022

Le détail du protocole et du cadre de fonctionnement pour l'année 2021-2022


École pour tous

Le retour en classe se fait selon un protocole sanitaire strict :
  • fermeture de la classe dès 1 cas de contamination ;
  • renforcement des mesures barrières et du port du masque ;
  • respect de 2m de distance à la cantine entre les groupes d’élèves ;
  • aération renforcée des salles.

Collèges-lycées

Le retour en classe pour les collégiens et les lycéens est autorisé :
  • en demi-jauge pour les lycéens avec alternance distanciel / présentiel ;
  • à effectif complet pour les collégiens. 

 

Lire aussi : les mesures pour les écoles, collèges et lycées et continuité pédagogique

Enseignement supérieur

Les structures d’enseignement supérieur au public assis accueillent 50 % de l’effectif jusqu'à la rentrée de septembre en respectant un protocole sanitaire strict.

S'agissant de la tenue des examens :
  • les épreuves sont maintenues pour le brevet et le baccalauréat. Pour les élèves de BTS et des Cours préparatoires aux grandes écoles (CPGE) en lycée, la reprise des cours se fait dans les mêmes conditions que les lycéens. 
  • CPGE : les concours ont lieu en présentiel
  • session de rattrapage possible pour les élèves de BTS
  • les examens et partiels auront lieu en présentiel en mai et en juin ;
  • les concours sont maintenus sans changement.

Plusieurs services universitaires sont maintenus :
  • accueil sur rendez-vous des élèves dans les bibliothèques universitaires et centres de documentation et dans les salles équipées de matériel informatique ;
  • vente à emporter de repas fournis par le restaurant universitaire ;
  • accueil sur rendez-vous dans les services administratifs ;
  • accès aux services de médecine préventive et de promotion de la santé et services sociaux, aux activités sociales organisées par les associations étudiantes, aux laboratoires et unités de recherche pour les doctorants.

La politique de dépistage est par ailleurs renforcée. Toutes les informations sur les autotests et les tests salivaires sont disponibles ici.
   

Vaccins

La vaccination est ouverte à tous les adultes sans condition et aux adolescentes de 12 à 17 ans compris.

Concernant la vaccination des collégiens, lycéens et étudiants, des campagnes spécifiques de vaccination seront opérées au plus proche de ces publics dès la rentrée.  
   

Le port du masque dans les écoles et les établissements scolaires


Pour les adultes : encadrement, personnel administratif, enseignants, responsables légaux des élèves, le masque est obligatoire, quel que soit le niveau, y compris dans les espaces extérieurs de l’établissement (cour de récréation…).
Pour les élèves à partir de 6 ans (élémentaires, collégiens et lycéens) : port du masque obligatoire, y compris dans les espaces extérieurs de l’établissement.
Pour les élèves de moins de 6 ans (en écoles maternelles) : port du masque déconseillé, conformément aux recommandations de l’OMS.

Cas particuliers

  • en internat : pas de masque pour dormir. Les lits sont espacés de plus d’1 mètre
  • en cas de pathologie particulière, et sur avis du médecin traitant, un élève peut être dispensé de port du masque
  • pour les familles les plus précaires : des masques ont été attribués par les services sociaux compétents. L’établissement peut également en fournir si un élève en situation de précarité n’en dispose pas.