28 janvier 2019 - Actualité

Homophobie, transphobie : à l'école aussi, c'est non !

“Ça suffit !” : c’est le mot d’ordre de la campagne du ministère de l’Éducation nationale pour lutter contre les actes homophobes et transphobes.
 
Alors que les actes homophobes augmentent à l'école, le ministère de l'Éducation nationale lance lundi 28 janvier 2019 une nouvelle campagne de sensibilisation contre l'homophobie et la transphobie dans les collèges et les lycées de France.

Prévenir, sensibiliser et écouter les élèves

"Ça suffit !" : c’est le message que les collégiens et les lycéens de France pourront lire dès aujourd’hui dans leurs établissements. Présentée au lycée professionnel Hector Guimard à Paris, la campagne “Tous égaux, tous alliés” vise à sensibiliser et prévenir contre les manifestations homophobes et transphobes ordinaires dans les établissements scolaires du second degré.



“Tous égaux, tous alliés” s’appuie notamment sur une campagne d’affichage, la distribution de prospectus et la réalisation d’un guide d’accompagnement pour les équipes pédagogique. Enfin, un service d’écoute et d’aide à distance est mis à disposition pour les jeunes victimes de comportements homophobes ou transphobes. Plusieurs moyens de contact sont disponibles : par téléphone en composant le 0 810 20 30 40 ou le 01 41 83 42 81, par mail ou par chat via la plateforme ecoute.contrelhomophobie.org.

Promouvoir le respect d’autrui

Pour l’Éducation nationale, l’enjeu est de taille. L’homophobie et la transphobie à l’école ont de graves conséquences pour certains élèves : repli sur soi, échec scolaire, décrochage, voire même des comportements suicidaires.

Par ailleurs, on assiste à une augmentation des actes homophobes et transphobes en milieu scolaire : d’après une étude menée par l’IFOP, 18% des lycéens ou étudiants LGBT déclarent avoir été insultés au cours des 12 derniers mois. L’association SOS Homophobie déclare qu'en 2017, les signalements d’actes LGBTphobes en milieu scolaire ont augmenté de 38%.
 
La lutte contre l’homophobie, un sujet d’actualité
En témoigne la déferlante homophobe à laquelle doit faire face le jeune Bilal Hassani. Choisi par le public français samedi soir pour représenter la France à l’Eurovision, particulièrement populaire chez les jeunes, le chanteur et Youtubeur fait l’objet de nombreuses insultes et menaces sur les réseaux sociaux. 1 500 d’après le collectif Urgence Homophobie, qui a décidé de porter plainte.

Comment faire face à ces comportements ? “L’école doit être en première ligne pour lutter contre cette pensée et renverser la logique”, a expliqué Jean-Michel Blanquer au micro d’Europe 1. “Mon but, c’est que dans une cours de récréation, on n’ait pas le jeune isolé qui se fasse harceler par tous les autres, mais que ce soit celui qui a une pensée et un discours homophobe stupide qui se sente honteux.”

Si la campagne vise les établissements de l’enseignement secondaire, il n’est pas question de faire l’impasse sur la sensibilisation des plus jeunes aux valeurs de tolérance et de droit à la différence. “Chaque âge doit avoir des messages spécifiques”, explique le ministre. “À l’école primaire, c’est surtout sur le respect d’autrui que l’on doit insister.”

Une journée de solidarité

En prévision de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, qui se déroulera le 17 mai prochain, le ministère de l’Éducation nationale veut faire de cet événement un moment fort de solidarité avec les jeunes LGBT. Les élèves seront invités à réfléchir autour des questions relatives à l’orientation et à l’identité sexuelles et, plus généralement, inviter au respect de chacun par chacun.