Une centrale à électricité

Hausse du prix de l’électricité : qu’en est-il vraiment ?

Samedi 1er juin 2019, les tarifs de l’électricité augmentent de 5,9 %. Pourquoi cette hausse ?

 

comment le prix de l’électricité est-il composé ?

Le prix de l’électricité est composé de trois éléments : la fourniture d’électricité (qui correspond principalement au coût de production de l’énergie), l’acheminement de l’électricité (les coûts liés à son transport et à sa distribution) et les taxes sur l’électricité (la contribution au service public de l’électricité, la taxe sur la consommation finale d’électricité, la contribution tarifaire d’acheminement et la TVA).

le prix de l’électricité

Les consommateurs peuvent choisir entre deux types d’offres : les offres de marché, dont les prix sont fixés librement par les fournisseurs, et les tarifs réglementés de vente (l'offre la plus utilisée par les Français), qui sont proposés par les fournisseurs historiques comme EDF.

Les tarifs de ces derniers sont décidés par la Commission de régulation de l’énergie, une commission indépendante. Pour ce faire, la Commission effectue un calcul spécifique prenant en compte différents coûts.

Afin de refléter l’évolution de ces coûts, la Commission de régulation de l’énergie a recommandé en février 2019 d’augmenter les tarifs de 5,9%. Mais en plein hiver, le Gouvernement avait choisi d'utiliser le délai légal de contestation pour « geler » les tarifs d'électricité durant les mois les plus froids. Cette hausse entre donc finalement en vigueur ce samedi 1er juin 2019.

face a cette hausse, Comment le Gouvernement agiT

La Commission de régulation de l'énergie étant indépendante, le Gouvernement n’intervient pas dans la fixation du prix de l’électricité. Ce dernier a toutefois remarqué que la formule de calcul du tarif utilisée actuellement ne correspond plus à la réalité du marché. C'est pour cela qu'il réfléchit, dès 2020 et à travers la loi sur l’énergie, à remettre à plat la formule de calcul.

Cette décision reflète la volonté du Gouvernement de rendre l’énergie plus abordable pour les Français. Cette volonté s'est déjà concrétisée par deux mesures importantes :
  • le chèque énergie, qui a été étendu dès janvier 2019 et bénéficie à 5,8 millions de ménage. Cette aide de l’État permettant aux foyers modestes de régler leurs factures d’énergie peut atteindre la somme de 277 euros par an ;
     
  • le crédit d’impôt pour la transition énergétique, qui permet aux ménages de rénover de manière efficace leurs logements et de les rendre moins énergivores (environ 500 000 logements dont la moitié occupée par des ménages modestes).
La France demeure l’un des pays d’Europe où la hausse est la plus contenue en 2019, et où l’électricité demeure la moins chère : en Belgique, en Italie et en Espagne, l’électricité coûte plus de 200 € par mégawattheure, soit au moins 15% de plus qu’en France. Elle est 75% plus chère pour un consommateur résidentiel allemand.