Gérald Darmanin : "Ce mois-ci, les Français vont pouvoir constater que le travail paie"

En recevant leur feuille de paie, les Français vont voir leur pouvoir d'achat augmenter ce mois-ci. L'effet direct des différentes mesures fiscales prises par le Gouvernement.

 

Bruno Le Maire : “Le travail doit payer”

À l’heure de la paie du mois d’octobre, les salariés du secteur privé vont pouvoir constater une hausse de leur salaire.

Les différentes mesures prises par le Gouvernement visent à redonner du pouvoir d’achat aux Français. “Notre message a toujours été le même : le travail doit payer”, a réaffirmé le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire au Parisien.



Cette revalorisation s’inscrit dans la continuité des actions gouvernementales pour dynamiser l’économie française.

Nous avons voulu en priorité encourager l'économie française en réduisant l'impôt sur les entreprises, en instaurant le prélèvement forfaitaire unique sur les revenus de l'investissement et en libérant le marché du travail de ses contraintes”, a expliqué de son côté le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, dans une interview au Journal du Dimanche.

Qu’est-ce qui change sur votre feuille de paie ?

En examinant leur feuille de paie, les salariés constatent que leur salaire brut n’a pas été modifié (sauf augmentation). Ils sont donc toujours rémunérés au même montant horaire. L’explication de la hausse des salaires se trouve quelques lignes plus bas : parmi les différentes cotisations auxquelles les travailleurs contribuent chaque mois, les cotisations chômage et maladie ne sont plus payées par les salariés.

Cela signifie-t-il que ces cotisations sont supprimées ? En aucun cas. Ce sont désormais les entreprises qui cotisent.
C’est en effet la contribution sociale généralisée (CSG), prise en charge par les employeurs, qui financera ces cotisations. Applicable à tous les types de revenus (activité, capital, foncier), cet impôt avait augmenté au 1er janvier 2018. La suppression des cotisations salariales vient donc contrebalancer cette précédente hausse.

En fonction de leur salaire de base, les travailleurs gagnent ainsi plusieurs dizaines d’euros sur leurs revenus mensuels. Prenons des exemples : un employé au Smic (1 480 €) bénéficie d’un gain de 14€ par rapport à sa paie de septembre. Pour un travailleur rémunéré 2 000 € brut, ce gain s’élève à 19 €, et 29 € pour une personne rémunérée 3 000 € brut.

DES mesures en faveur du pouvoir d’achat

La hausse des salaires s’accompagne de plusieurs autres mesures. Plus tôt en octobre, le Gouvernement avait annoncé l’exonération de la taxe d’habitation pour 17 millions de ménages, ainsi qu’une revalorisation du Complément de libre choix du mode de garde (Cmg) de 30% et une augmentation mensuelle de l’allocation adultes handicapés (AAH) jusqu’à 41 €.




L’ensemble de ces mesures visent à revaloriser le pouvoir d’achat pour l’ensemble des contribuables. À terme, l’objectif est de relancer la croissance française.

Ce mardi 30 octobre, l’Insee révèle que la croissance du PIB est de 0,4 point pour le dernier trimestre 2018, une croissance deux fois plus élevée que sur le début d’année. Le principal facteur : le rebond de la consommation des ménages.