Contenu publié sous le Gouvernement Valls III du 11 Février 2016 au 06 Décembre 2016
Paul, Céline et Mathilde ont un point commun : ils ont tous trois choisi l’apprentissage. Du 11 juillet au 5 août, "Génération Apprenti(e)s", le programme court de M6 et W9 parrainé par le Gouvernement et diffusé du lundi au vendredi vers 20h20, vous emmène dans la baie de Morlaix, à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle et dans un haras normand, à la découverte du parcours de ces trois apprentis.
Décrouvrez leur histoire

#GénérationApprentis

En exclusivité : suivez des apprentis sur le compte Instagram du Gouvernement

Paul

Apprenti ostréiculteur
Paul Alvado, 18 ans
Bac pro "Cultures marines"

Découvrez son histoire


Découvrir


Chez les Alvado, on est ostréiculteurs de père en fils. Tout jeune, Paul, 18 ans aujourd’hui, accompagnait déjà son père sur les chalands pour relever les parcs à huîtres. "J’ai choisi cette voie afin de reprendre l’entreprise familiale", explique-t-il. Mais hors de question pour lui de se former dans l’entreprise de ses parents. A 16 ans, Paul choisit l’apprentissage, un Bac pro "Cultures Marines" au lycée de la mer de Bourcefranc, et l’entreprise de M. Trusseau.

Le chiffre-clé

38% des apprentis ont entre 18 et 20 ans et 36% ont entre 15 et 17 ans.
 


Les parents de Paul se disent rassurés par le choix de cette voie : "Ça lui permet de voir sur le terrain comment on travaille et d’approfondir les connaissances à l’école", explique sa mère. "C’est une sécurité pour nous de se dire il aura du travail plus tard."

Le chiffre-clé

7 apprentis sur 10 trouvent un emploi à l’issue de leur formation. Salarié, chef d’entreprise, reprise d’une activité… : l’apprentissage mène à tout !
 

"Moi-même j’étais apprenti et j’ai appris beaucoup de choses avec mon patron", poursuit M. Trusseau, maître d’apprenti de Paul. "J’essaie aussi de montrer à Paul la stratégie de l’entreprise pour que s'il s’installe un jour à son compte, il puisse bénéficier de tout ça." Ce gérant d’une TPE reconnaît également les avantages de l’apprentissage, pour le chef d’entreprise comme pour l’apprenti. "On a des déductions de charges, c’est intéressant. Et le jeune a un salaire correct : les deux sont gagnants."

En savoir plus sur les aides à l’embauche et les outils pour recruter un apprenti sur apprentissage.gouv.fr

Le chiffre-clé

56% des apprentis sont formés dans des TPE (0 à 10 salariés) qui représentent ainsi les premiers employeurs d’apprentis

En savoir plus sur le plan de relance de l’apprentissage

Découvrez également les épisodes du programme court de M6 "Génération apprenti(e)s" consacrés à Paul

Épisode 5 : les perspectives d'avenir
 

Épisode 4 : en route vers l'autonomie
 

Épisode 3 : un projet familial
 

Épisode 2 : la relation au maître d'apprentissage
 

Épisode 1 : le choix d'une formation
 

Céline

Apprentie chef de projet marketing
Céline Brunet, 24 ans,
Master "Management de l’innovation"

Découvrez son histoire

Découvrir


Pour Céline, 24 ans, l’apprentissage s’est rapidement imposé comme une évidence pour construire son avenir professionnel. "L’apprentissage est une expérience véritable sur le CV, et ça, c’est incontournable quand on veut chercher du travail plus tard". Grâce à sa formation supérieure, un Master "Management de l’innovation", et son expérience du terrain, chez Air France-KLM, Céline a trouvé son équilibre… et son indépendance ! "J’ai choisi de faire mes études en apprentissage pour plusieurs raisons : la première, c’est l’autonomie financière, on a un salaire ; on est vraiment sur le terrain et ça permet de mettre en pratique tout ce qu’on peut apprendre à l’école", explique-t-elle.

Le chiffre clé

24% des apprentis effectuent une formation dans l’enseignement supérieur (master, licence, BTS, DUT…)
 

"Céline travaille sur la connectivité embarquée, un gros enjeu de développement chez Air France-KLM", explique Peter Verheijde, son maître d’apprentissage. Considérée comme une salariée à part entière, Céline participe plus précisément au développement du wifi à bord des avions long-courriers de la compagnie. Une avancée technologique à laquelle la jeune femme est fière de participer.  "L’apprentissage m’a permis de prendre confiance en moi puisque je suis amenée à gérer des projets de façon autonome. On est obligé de prendre ses responsabilités et c’est une bonne chose pour mon avenir professionnel."

Une analyse que partage son maître d’apprentissage : "Céline a appris énormément à ce poste, […] c’est certain, à la fin de son apprentissage, elle sera prête à intégrer le monde du travail."

Le chiffre clé

20% des apprentis sont formés dans des entreprises de 250 salariés et plus.
 

Pour Laetitia Niaudeau, directrice emploi, mobilité et diversité au sein de la compagnie, l’apprentissage est une vraie valeur ajoutée qu’il convient de favoriser au sein des entreprises  "Nous accueillons cette année près de 1 700 alternants, essentiellement des apprentis", explique-t-elle. "On est vraiment sur de très belles missions, des métiers très valorisants qui permettent ensuite de favoriser l’intégration dans l’emploi."

Le chiffre clé

Plus de 80% des chefs d’entreprise pourraient vous recommander l’apprentissage.

Découvrez également les épisodes du programme court de M6 "Génération apprenti(e)s" consacrés à Céline

Épisode 5 : les perspectives d'avenir
 

Épisode 4 : en route vers l'autonomie
 

Épisode 3 : une vrai expérience en entreprise
 

Épisode 2 : la relation au maître d'apprentissage
 

Épisode 1 : le choix d'une formation
 

Mathilde

Apprentie entraîneur équestre
Mathilde Opsomer, 21 ans
Diplôme d'État (DEJEPS) entraîneur équestre

Découvrez son histoire

Découvrir


A 21 ans, Mathilde est en contrat d’apprentissage dans une écurie de compétition depuis 1 an. Passionnée par les chevaux, c’est avec une certaine évidence qu’elle se dirige vers l’enseignement, motivée par son envie de d’apprendre, mais aussi de transmettre : "Faire gagner en concours, c’est ma plus grande fierté." Elle profite pleinement des avantages que lui offrent l’alternance entre périodes en cours et périodes sur le terrain, où elle encadre une cavalière. "Le fait d’être en entreprise complète ma formation, parce qu’on est dans des situations réelles : quand on a un problème avec un cheval, on est obligé de trouver une solution", explique-t-elle.
 

Le chiffre-clé

56% des entreprises de 0 à 10 salariés ont recours à l’apprentissage.
 

Pour atteindre son objectif, Mathilde peut compter au quotidien sur un soutien de choix en la personne de Alexis Champion, propriétaire de l’écurie de compétition dans laquelle elle effectue son apprentissage. "Savoir faire, pour savoir faire faire", c’est la devise du jeune maitre d’apprentissage, qui a repris l’affaire de ses parents en 2015. Convaincu par l’apprentissage, la transmission de son savoir-faire est un sujet qui lui tient à cœur : "C’est important d’engager des apprentis parce que cela forme à un métier. Dans le monde du cheval, on a besoin d’avoir cette pratique du terrain." C’est avec confiance et bienveillance qu’il conçoit sa collaboration avec Mathilde. "On travaille 6 jours sur 7 ensemble, du matin au soir. Dans la relation humaine, c’est très fort […] Mathilde a un bagage technique suffisamment important pour aujourd’hui me seconder lors de mes absences."
 

Le chiffre-clé

Plus de 80% des chefs d’entreprise qui ont testé l’apprentissage pourraient vous le recommander.
 

"Je suis l’interface entre les apprentis, le maitre d’apprentissage et le CFA", explique Nicolas Mabire, formateur au Centre de Formation d’Apprentis du cheval et de l’équitation. Pour lui, la réussite de l’apprentissage passe par la bonne coordination de ce trio. Au-delà de son rôle de médiateur, Nicolas insiste sur l’importance de l’accompagnement de l’apprenti : "L’objectif de la première année d’apprentissage de Mathilde est de l’insérer dans l’entreprise. La deuxième année, elle devra mener des projets particuliers pour arriver à une certification." Point de vue partagé par Mathilde, pour qui l’apprentissage doit constituer une étape importante vers la concrétisation de ses projets d’avenir. "Dans quelques années, je veux avoir ma propre structure, avec des propriétaires, avec des chevaux, des concours, des commerces", confie-t-elle.
 

Le chiffre-clé 

7 apprentis sur 10 trouvent un emploi à l’issue de leur formation.

Découvrez également les épisodes du programme court de M6 "Génération apprenti(e)s" consacrés à Mathilde

Épisode 5 : les perspectives d'avenir
 

Épisode 4 : en route vers l'autonomie
 

Épisode 3 : une formation pour l'excellence
 

Épisode 2 : la relation au maître d’apprentissage
 

Épisode 1 : le choix d'une formation