12 juillet 2021

France Relance | (Re)localiser : 42 nouveaux projets lauréats annoncés, dont 15 financés par le Programme d’investissements d’avenir

Le Gouvernement a présenté, le 9 juillet 2021, 42 nouveaux lauréats retenus dans le cadre de l’appel à projets lancé en 2020 pour soutenir la relocalisation dans des secteurs critiques.

Face à la crise sanitaire et ses conséquences économiques, le Gouvernement s'est donné pour priorité de soutenir les investissements dans  l'industrie française en répondant aux enjeux de dépendance et de vulnérabilité de nos chaînes de valeurs. Ce dernier a donc lancé dès l'été 2020, des dispositifs, dans le cadre du Plan France Relance et du Programme d'investissements d'avenir, afin de renforcer notre résilience et la souveraineté industrielle française et européenne. Lancé initialement le 31 août 2020, l'appel à projets "(Re)Localiser" a ainsi pour objectif de soutenir les investissements stratégiques dans des secteurs industriels critiques tels que l'agroalimentaire, la santé, la chimie ou encore la 5G etc... Doté d'une enveloppe de 850 millions d'euros au total, cet appel à projets a permis la sélection de 351 lauréats. Parmi eux, 42 nouveaux projets ont été présentés le 9 juillet 2021, dont 15 lauréats financés par le Programme d'investissements d'avenir (PIA).
 
Ces nouveaux lauréats du volet "(Re)ocaliser" sont annoncés à l’issue de l’instruction des dossiers déposés à la relève du 31 mars 2021 des appels à projets. Ces dispositifs restent ouverts et ont été reconduits jusqu’au 7 septembre 2021.


SOUTENIR L'industrie française

 
Afin de renforcer notre industrie en améliorant la résilience de ses chaînes de valeurs et en soutenant sa transformation, 4 priorités ont été établies dans le cadre du plan France Relance : (re)localiser, moderniser, innover, débarboner. Dans le cadre de la volonté de (re)localisation de nos indutries dans des secteurs critiques, 351 projets lauréats se sont distingués dont deux tiers sont des PME. Ils représentent plus de 2,4 milliards d’euros d’investissements industriels, soutenus pour plus de 637 millions d’euros par l’Etat.
 
  • Dans le secteur de la santé, 100 projets lauréats ont été soutenus à hauteur de 132 millions d’euros pour plus de 473 millions d’euros d’investissements productifs.
  • Le secteur de l'agroalimentaire a totalisé près de 69 projets lauréats, soutenus à hauteur de près de 99 millions d’euros pour plus de 500 millions d’euros d’investissements productifs.
  • L'électronique quant à lui, compte 86 projets lauréats, soutenus à hauteur de 118 millions d’euros pour près de 376 millions d’euros d’investissements productifs.
  • 77 projets lauréats ont été sélectionnés dans les secteurs fournissant des intrants essentiels à l'industrie. Ces derniers ont été soutenus à hauteur de 199 millions d’euros pour plus de 822 millions d’euros d’investissements productifs.
  • Dans le secteur des  télécommunications et de la 5G, 19 projets lauréats ont été soutenus à hauteur de près de 89 millions d’euros pour plus de 268 millions d’euros d’investissements productifs.
 
Les 42 nouveaux lauréats présentés ce 9 juillet 2021, totalisent près de 323 millions d’euros d’investissements industriels, soutenus à hauteur de plus de 99 millions d’euros par l’Etat.
 

QUELQUES EXEMPLEs DE PROJETS SOUTENUS PAR LES INVESTISSEMENTS D'AVENIR

 
Dans le secteur de l'électronique, le projet "AM COLUMN C3TER" de la PME AIR LIQUIDE FRANCE INDUSTRIE, située à Chalon-sur-Saône (71) dans la région Bourgogne-Franche-Comté  exploite sur son site des installations à la pointe de la technologie pour la fabrication de "précurseurs avancés", des molécules innovantes pour ses clients. Ces molécules sont indispensables à la fabrication des circuits intégrés les plus avancés et notamment pour les technologies "2 nm". Celles-ci constituent le principal challenge des leaders mondiaux des semiconducteurs en Asie et aux USA. Les enjeux de souveraineté technologique n’échappent pas au monde du semi-conducteur. L’Union Européenne est engagée et bien positionnée dans cette filière de conception et de fabrication des circuits intégrés de nouvelle génération sur son sol. La nouvelle unité de production investie sur Chalon, objet de ce projet, permettra d'élaborer, de développer et d’industrialiser de nouveaux "précurseurs avancés", indispensables à la production de semi-conducteurs et source d’une abondante propriété intellectuelle. L’objectif de ce projet est d’investir dans une unité industrielle capable de réaliser toutes les étapes entre la “sortie du laboratoire” de ces nouvelles molécules, l'industrialisation et la commercialisation à grande échelle. Ce projet permettrait de rapatrier en France des activités de développement et d’industrialisation de ces produits et de développer de nouveaux volumes de ventes.
 
Dans les secteurs fournissant des intrants essentiels à l'industrie, le projet "BAM4EVER" de l'ETI CARBONE SAVOIE située à Notre Dame de Briançon (73), Vénissieux (69), dans la région Auvergne-Rhône-Alpes poursuit à la fois un objectif de transition écologique (réduire significativement l’impact environnemental et l’empreinte carbone de la filière batterie pour véhicules électriques via le développement d’une gamme complète de produits graphite (Battery Anode Material émettant 10 à 20 fois moins de CO2 que les BAM chinois) et un objectif de souveraineté (réduire le niveau de dépendance de la filière batterie européenne, le graphite étant le matériau stratégique le plus exposé à cette domination asiatique).
 
Dans le secteur de la santé, le projet "COUSIN REBOOST" de la PME COUSIN BIOTECH, située dans le Wervicq-Sud (59), au sein de la région Hauts-de-France Cousin Biotech s’est imposé depuis 20 ans comme un acteur mondial reconnu spécialisé dans la conception et la fabrication de dispositifs médicaux implantables à base textile dans trois domaines médicaux, dont la chirurgie du rachis et la chirurgie viscérale. Le projet ambitionne de moderniser l’outil de production des dispositifs médicaux implantables sur le site de Wervicq-Sud, et de relocaliser l’ensemble de la chaîne de production au sein de l’entreprise. Il permettra de développer de nouvelles capacités de production tout en améliorant la maîtrise interne des processus productifs de ses produits, dans une logique d’accélération du planning de développement des projets. Il vise ainsi à pérenniser une activité industrielle de produits de santé stratégiques sur le territoire national.
 
Dans le secteur de l'agroalimentaire, le projet "SWITCH-MIC" de la PME MICROPHYT, située à Baillargues (34) dans la région Occitanie , associe des systèmes innovants de production de microalgues (photobioréacteurs) et une plateforme d’extraction verte pour établir une production à large échelle, réalisée en France, d’ingrédients naturels pour la nutrition (comme l’Astaxanthine ou la Fucoxanthine, des antioxydants naturels puissants qui sont aujourd’hui exclusivement importés). L’entreprise souhaite déposer au moins 4 brevets et marques issus de ses études sur ses nouveaux ingrédients naturels. Son projet aura un impact sociétal fort, avec la création de 60 emplois directs et 190 emplois indirects sur le site de Baillargues.