Economie

France 2030 | Annonce des zones industrialo-portuaires de Dunkerque et de Fos sur Mer, lauréates de l'AAP « zones industrielles bas carbone » (ZIBAC)


Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’industrie, annonce les zones industrialo-portuaires de Dunkerque et de Fos sur Mer comme lauréates de l’appel à projets « zones industrielles bas carbone » (ZIBAC), dans le cadre de France 2030.

Le Président de la République a fixé le 8 novembre 2022 un objectif de division par deux des émissions industrielles françaises au cours de la prochaine décennie. Pour atteindre cet objectif, la planification écologique est une nouvelle méthode indispensable, afin de mettre en cohérence les efforts demandés aux industriels et le déploiement sur les territoires des solutions technologiques nécessaires à la transition écologique : hydrogène, capture de carbone, chaleur renouvelable, électricité bas carbone.

Dans cette optique, le ministre Roland Lescure annonce ce jour la création de « Zones Industrielles Bas Carbone » où l’Etat soutiendra financièrement le déploiement accéléré des technologies, infrastructures et réseaux nécessaires à la décarbonation.

Ces zones ont vocation à constituer des territoires pionniers de la décarbonation de l’industrie française ainsi que des territoires industriels « clé en main » pour les entreprises désireuses d’investir dans la transition écologique, afin d’en faire un levier majeur de réindustrialisation verte.

Suite à l’appel à projets ZIBAC, de France 2030, le Gouvernement a retenu les projets des bassins industriels de Dunkerque et Fos-sur-Mer pour devenir les deux premières « Zones Industrielles Bas Carbone » (ZIBAC). Deux nouvelles relèves de l’appel à projets, le 15 novembre 2022 et le 15 mai 2023, permettront de sélectionner une dizaine de zones industrielles supplémentaires, les plus émissives, appelées à constituer une deuxième phase de cette initiative.

Porté par le groupement d’intérêt public Euraenergie, le projet Déarbonation figure parmi les deux premiers lauréats nationaux de cet appel à projets. Il couvre la zone industrialo-portuaire de Dunkerque et 30 partenaires publics et privés. L’Etat accorde une aide globale à hauteur 13,6 millions d’euros pour réaliser des études d’ingénierie et de faisabilité de décarbonation de la zone.

Ces études porteront sur un large panel de projets : autoroute de la chaleur, construction et intégration d’infrastructures CO2, électrification de la zone, production d’hydrogène bas carbone... Elles permettront de disposer d’une vue complète des besoins en infrastructures pour la décarbonation de la zone (13,8 MtCO2eq émis en 2019, soit 21% des émissions françaises actuelles) et disposer des meilleures options pour la zone et consolider ainsi ses 17 000 emplois, et contribuer à termes à la création de 3000 emplois supplémentaires directs et 7500 indirects.

Plusieurs infrastructures collectives comme les réseaux de CO2, d’hydrogène pourraient être connectées dans l’avenir à des réseaux desservant des territoires beaucoup plus vastes, nationaux et internationaux contribuant à l’attractivité et au dynamisme de la zone.

Les études seront conduites durant la période 2023-2024 et permettront, outre l’établissement de trajectoire de décarbonation des grands clusters industriels, d’appuyer la démarche de planification écologique à l’échelle nationale, et constituent à ce titre une démarche complémentaire des travaux d’élaboration des feuilles de route de décarbonation des sites et filières, menés conjointement par les services de l’Etat et les industriels.

Roland Lescure, ministre délégué chargé de l’Industrie, a déclaré : « Je salue les projets portés par les collectifs Euranergie à Dunkerque et PIICTO – Syrius à Fos-sur-Mer qui deviendront les deux premières zones industrielles bas carbone françaises. Ces projets montrent le dynamisme de ces territoires et leur engagement pionnier dans la décarbonation de l’industrie. Ils sont aussi un facteur clé de réindustrialisation verte. Demain, l’attractivité d’un territoire se mesurera à la présence des infrastructures indispensables pour l’industrie décarbonée : l’électricité, l’hydrogène, la capture de CO2. Je suis sûr que la mise en place de zones industrielles bas carbone sur tous les grands bassins industriels français permettra de faire de la France le pays le plus attractif du monde pour les industries vertes. »

Lire le communiqué de presse

Partager cette page