Evènement «bilan du choc de simplification » à l’Elysée


Jean-Vincent Placé, secrétaire d’Etat chargé de la réforme de l’Etat et de la simplification, a participé jeudi 23 mars à l’Elysée, à l’évènement « bilan du choc de simplification » aux côtés du Président de la République François Hollande, de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, Christophe Sirugue, secrétaire d’État chargé de l’Industrie, du Numérique et de l’Innovation et d’Estelle Grelier, secrétaire d’Etat chargée des Collectivités territoriales.
Contenu publié sous la présidence de François Hollande du 15 mai 2012 au 15 Mai 2017
 
La création du Secrétariat d’Etat à la Réforme de l’Etat et à la Simplification (SERES) et du Conseil de la simplification des entreprises en 2014, ont donné une nouvelle impulsion à cette politique. Le choc de simplification annoncé il y a 4 ans par le Président de la République repose sur une méthode collaborative permanente, associant particuliers et entrepreneurs afin de répondre à une double exigence économique et citoyenne. Cette politique a donné des résultats concrets : près de 500 mesures pour les entreprises et 300 pour les particuliers ont été annoncés depuis le début du choc de simplification, sans compter les 80 mesures concernant les collectivités locales.
De nouvelles mesures de simplification concernant les entreprises et la jeunesse ont été annoncées au cours de cette matinée réunissant les acteurs de la simplification ; entreprises, citoyens, collectivités territoriales et ministères.  Selon une étude indépendante du cabinet EY, les mesures de simplification pour les entreprises, permettent 5 milliards d’euros de gain par an.

Au cours de cet évènement à l’Elysée, Jean-Vincent Placé a déclaré que le mouvement de simplification était «irréversible» et qu’il serait «un des débats de la présidentielle et du prochain quinquennat». Le Président de la République François Hollande a enfin rappelé les enjeux de la simplification : « Simplifier ce n’est pas seulement clarifier ou donner de l’efficacité, c’est avant tout remettre la France en mouvement, la préparer pour l’avenir. C’est surtout redonner confiance, confiance aux entreprises, confiance aux investisseurs et confiance aux citoyens».

Partager cette page