1 février 2019

Etat des lieux de la laïcité en France (sondage réalisé par Viavoice pour l’Observatoire de la laïcité)

 

Il ressort des résultats un attachement à la laïcité très largement majoritaire dans notre pays (73% des répondants se déclarent attachés à la laïcité telle que définie par le droit, après rappel de cette définition), même si certains écarts peuvent être soulignés selon l’âge ou la catégorie sociale des répondants. À noter qu’une majorité des Français donne une définition exacte (en droit) de la laïcité (57%).

Pour autant, une part majoritaire de l’opinion publique déplore dans le même temps des difficultés à appliquer correctement la laïcité au quotidien (39% des répondants considère que « la laïcité est plus ou moins bien appliquée selon les autorités publiques », et 30% « mal appliqué » quand seulement un cinquième des répondants la jugent « bien appliqué »), voire une instrumentalisation de celle-ci (67% des répondants estiment que « la laïcité est trop souvent instrumentalisée par les personnalités politiques »), la transformant parfois en élément de conflits ou de divisions, alors qu’elle devrait être un élément de cohésion nationale essentiel (44% des répondants considèrent que la laïcité est un principe qui rassemble « en théorie », contre seulement 18% dans la « pratique »). Une forte proportion (60%) trouve que trop souvent, dans les médias ou le débat public, « on ne parle de la laïcité qu’à travers la polémique », qu’« on n’explique pas assez ce qu’elle est (52%), ou encore qu’« on ne parle de la laïcité qu’à travers l’islam » (49%).

À propos des protections garanties par la laïcité, si l’on mesure peu de différences entre croyants et non-croyants de manière générale, il en existe en revanche selon la religion des répondants, avec d’une part 72% des protestants et 60% des catholiques considérant que la laïcité protège en théorie (selon le droit) les pratiquants des différentes religions et, de l’autre, 45% des musulmans seulement partageant ce point de vue. Un écart que l’on peut attribuer notamment aux discriminations : 50% des musulmans citent les « discriminations que subissent des citoyens à raison de leur religion supposée » parmi les principaux enjeux liés à la laïcité, contre seulement 35% des catholiques et 33% des protestants.

Concernant la définition actuelle de la laïcité dans le droit, elle convient à une majorité des répondants (48%, contre 29% qui souhaiterait un régime plus restrictif et 14% moins restrictif). De même, à propos de la séparation des Eglises et de l’Etat, les Français sont majoritaires à souhaiter le statu quo (46% ; 22% voudraient une législation plus stricte, et 11% plus souple).

Il ressort des résultats un attachement à la laïcité très largement majoritaire dans notre pays (73% des répondants se déclarent attachés à la laïcité telle que définie par le droit, après rappel de cette définition), même si certains écarts peuvent être soulignés selon l’âge ou la catégorie sociale des répondants. À noter qu’une majorité relative des Français donne une définition exacte (en droit) de la laïcité (48%).

Pour autant, une part majoritaire de l’opinion publique déplore dans le même temps des difficultés à appliquer correctement la laïcité au quotidien (39% des répondants considère que « la laïcité est plus ou moins bien appliquée selon les autorités publiques », et 30% « mal appliqué » quand seulement un cinquième des répondants la jugent « bien appliqué »), voire une instrumentalisation de celle-ci (67% des répondants estiment que « la laïcité est trop souvent instrumentalisée par les personnalités politiques »), la transformant parfois en élément de conflits ou de divisions, alors qu’elle devrait être un élément de cohésion nationale essentiel (44% des répondants considèrent que la laïcité est un principe qui rassemble « en théorie », contre seulement 18% dans la « pratique »). Une forte proportion (60%) trouve que trop souvent, dans les médias ou le débat public, « on ne parle de la laïcité qu’à travers la polémique », qu’« on n’explique pas assez ce qu’elle est (52%), ou encore qu’« on ne parle de la laïcité qu’à travers l’islam » (49%).

À propos des protections garanties par la laïcité, si l’on mesure peu de différences entre croyants et non-croyants de manière générale, il en existe en revanche selon la religion des répondants, avec d’une part 72% des protestants et 60% des catholiques considérant que la laïcité protège en théorie (selon le droit) les pratiquants des différentes religions et, de l’autre, 45% des musulmans seulement partageant ce point de vue. Un écart que l’on peut attribuer notamment aux discriminations : 50% des musulmans citent les « discriminations que subissent des citoyens à raison de leur religion supposée » parmi les principaux enjeux liés à la laïcité, contre seulement 35% des catholiques et 33% des protestants.

Concernant la définition actuelle de la laïcité dans le droit, elle convient à une majorité des répondants (48%, contre 29% qui souhaiterait un régime plus restrictif et 14% moins restrictif). De même, à propos de la séparation des Eglises et de l’Etat, les Français sont majoritaires à souhaiter le statu quo (46% ; 22% voudraient une législation plus stricte, et 11% plus souple).

Etat des lieux de la laïcité en France (sondage réalisé par Viavoice pour l’Observatoire de la laïcité)