Des mégots de cigarettes écrasés sur le sol

En deux ans, 1,6 million de Français ont arrêté de fumer

Le tabagisme est en net déclin : on compte 12% de fumeurs en moins en France en 2 ans. À l'occasion de la Journée de lutte contre le tabac, retour sur les résultats de cette politique de santé publique.
 

davantage de décès mais de moins en moins de fumeurs réguliers

Si le nombre de décès dus au tabac augmente (75 320 décès en 2015 contre 73 000 en 2013), le nombre de fumeurs réguliers est en nette diminution, tout comme le nombre de cigarettes fumées en moyenne par une personne.

Selon les baromètres Santé Publique France, une personne sur quatre fume quotidiennement, soit un taux de fumeurs dans la population qui a reculé de 4 points, à 25,4 %, en 2 ans. Par ailleurs, les fumeurs quotidiens consomment moins de cigarettes : alors qu’ils en fumaient en moyenne 13,8 par jour en 2010, ils en fument environ 13 en 2018.

Le tabagisme : un combat sur plusieurs fronts

Première cause de décès évitable, le tabagisme est un enjeu sanitaire majeur pour les pouvoirs publics. S’il est à l’origine de plus de 200 décès par jour, il représente également un poids pour le système de solidarité : chaque année, la collectivité débourse 26 milliards d’euros pour les dépenses de santé induites par le tabac.

Afin de mener une lutte efficace contre ce fléau, le Gouvernement a engagé une politique de santé publique à plusieurs niveaux :
 
  • en augmentant le prix du paquet pour dissuader l’entrée dans la consommation de tabac ;
  • en remboursant les substituts nicotiniques par la Sécurité sociale depuis 2018 ;
  • en poursuivant des actions de sensibilisation comme le “mois sans tabac” qui mobilise en novembre de nombreux acteurs autour de la lutte contre le tabagisme.

Lutter contre l’économie parallèle du tabac

En complément des mesures sanitaires, les pouvoirs publics mènent une lutte intense contre le trafic illégal de tabac. Car si l’on constate une baisse des ventes de tabac en France, le trafic de contrebande se développe sur Internet et en vente directe dans la rue.

Pour lutter contre cette économie parallèle, le Gouvernement a élaboré un dispositif de sûreté et de traçabilité. Sur chaque produit de tabac, un identifiant unique est désormais apposé. Couplé à une base de données, la douane pourra désormais suivre le parcours du produit, de sa production jusqu’à sa distribution.

En 2018, la douane française a saisi plus de 241 tonnes de tabacs illégaux et a relevé plus de 16 000 infractions en la matière.