Égalité femmes/hommes : un an après le lancement de la grande cause, où en sommes-nous ?

Le 25 novembre, journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes, marque les un an du lancement de la grande cause nationale consacrée à l'égalité entre les femmes et les hommes.
 
Faire de l’égalité entre les femmes et les hommes la grande cause du quinquennat était un engagement présidentiel, et le récent mouvement de libération de la parole des femmes en a démontré toute la pertinence.

Depuis 1 an, sous l’impulsion de Marlène Schiappa, de nombreuses avancées ont déjà eu lieu, notamment sur la lutte contre les violences sexuelles et sexistes et en matière d’égalité professionnelles. 450 millions d’euros y ont été consacrés cette année : 420 millions d'euros de crédits interministériels et 30 millions d'euros de budget pour le secrétariat à l'Egalité entre les femmes et les hommes.

Avancées principales depuis 1 an

Sur la lutte contre les violences sexistes et sexuelles : loi promulguée en août

  • Lutte contre le harcèlement de rue : création de l’infraction d’outrage sexiste, sanctionnée par une amende allant de 90 à 750 euros ;
  • Ouverture d’une plateforme de signalement en ligne accessible 24h/24 et 7j/7 pour les victimes de violences, harcèlement, discriminations pour faciliter le dépôt de plainte ;
  • Allongement du délai de prescription de 20 à 30 ans pour les crimes sexuels commis sur mineurs ;
  • Protection des mineurs de 15 ans : la qualification du viol pourra être directement déduite du jeune âge de la victime ;
  • Lancement d’une grande campagne de communication gouvernementale appelant les témoins de violences à agir et à ne pas rester dans le silence.
  • Mise en place d’unités de prise en charge globale du psycho-trauma, avec 10 unités pilotes sur l’ensemble du territoire, afin d’assurer un accompagnement et une prise en charge adaptés des victimes de violences.

Sur l’égalité professionnelle : loi promulguée en septembre (loi "pour la liberté de choisir son avenir professionnel")

  • Obligation de transparence sur les écarts de salaire pour les entreprises ;
  • Obligation de consacrer une enveloppe de rattrapage salarial en faveur des femmes en cas d’écarts ;
  • Sanction en cas de différence persistante après 3 ans ;
  • Multiplication par 4 du nombre de contrôles de l’inspection du travail sur le sujet, en passant de 1 700 à 7 000 contrôles par an.
  • La question du congé paternité sera traitée après l’amélioration du congé maternité - priorité du Gouvernement - notamment pour les exploitantes agricoles et les travailleuses indépendantes. Il s’agit de prendre en compte les spécificités de leurs activités, pour adapter le congé maternité à leurs besoins.
Quelques chiffres sur les inégalités entre les femmes et les hommes aujourd’hui
  • 25 % d’écart de salaires entre les femmes et les hommes, dont 9 % non expliqués.
  • 30 % des femmes à temps partiel contre 8 % des hommes
  • 3 % de femmes présidentes d’entreprise
  • 65 % de garçons dans les filières universitaires scientifiques et sportives.
  • 1 femme décède tous les 3 jours sous les coups de son conjoint.
  • 62 000 viols et tentatives de viols en 2016