Une forêt d'arbres

Deux instances créées pour la protection du climat

D’ici la fin mai, deux nouvelles instances – l’une gouvernementale, l’autre civile - se réuniront pour la première fois autour des enjeux climatiques.
 

Un "Conseil de défense écologique" pour évaluer l’action publique

Jeudi 23 mai 2019, le Conseil de défense écologique a vu le jour.

Son rôle :
 
  • fixer des priorités dans le domaine des enjeux écologiques, en particulier autour du climat et de la biodiversité ;
  • s'assurer de leur prise en compte dans l'action politique du Gouvernement et du suivi de leur mise en œuvre.

Sous l’autorité du président de la République, ce nouveau Conseil réunira régulièrement le Premier ministre et au moins neuf ministres de façon permanente. Ponctuellement, des directeurs d’administration ou des opérateurs d’État seront invités à participer aux réunions.

Le Conseil de défense écologique a effectué le bilan du plan biodiversité. Annoncé en juillet 2018, ce plan s’articule autour de six axes stratégiques et 90 actions, pour la préservation et la restauration de la biodiversité dans les territoires.

Par la suite, le Conseil de défense écologique traitera des autres politiques publiques environnementales : le bilan du plan climat lancé en 2017, les mesures pour encourager la rénovation thermique des habitations, ou encore les projets de mine d’or industrielle en Guyane figurent à l’agenda.

Une "Convention citoyenne pour le climat" pour faire émerger des mesures concrètes

Si beaucoup d'aides existent déjà pour accompagner chaque citoyen vers la transition écologique et solidaire, il arrive encore trop souvent qu'elles soient trop peu utilisées ou pas assez connues.

De la fin mai jusqu'à la fin de l'année 2019, une Convention citoyenne pour le climat, composée de 150 citoyens tirés au sort et représentatifs de la diversité de la société française, se réunira un week-end sur trois. Ensemble, ils auront pour mission de redessiner toutes les mesures concrètes d'aide aux citoyens sur la transition climatique afin de les rendre plus efficaces et proches des besoins réels des Français.

L’objectif : ne pas avoir un énième catalogue de propositions dans lequel le Gouvernement viendrait piocher, mais disposer d’un ensemble de mesures cohérent, opérationnel, au plus près des réalités ; le tout avec des solutions de financement respectant une responsabilité budgétaire.

À l’issue de cette réunion, les propositions de la Convention seront soumises, soit à un vote, par la voie parlementaire ou par référendum, soit à une application réglementaire directe.