Affaires sociales

Déplacement de la Commission interministérielle pour le logement des populations immigrées (Cilpi) dans les Alpes-Maritimes


Les 20 et 21 mai 2019, la Cilpi s'est rendue dans les Alpes-Maritimes, dans le cadre du suivi du plan de traitement des foyers de travailleurs migrants.
 
La première journée a été consacrée à la visite des résidences sociales Claus et l’Olivet dans la commune du Cannet, avec les services de l’Etat (DDCS et DDTM). Propriétés de l’OPHLM de Cannes et gérées par l’association ATE avec le soutien d’API Provence, ces structures sont dégradées et hébergent une majorité de chibanis. Avant de lancer toute opération de traitement ou de transformation, une MOUS s’assurant du relogement des résidents ainsi qu’un diagnostic bâtimentaire seront proposés. Le 21 mai s'est rendue sur plusieurs sites d’ADOMA situés à Nice. La résidence sociale de Nice Levens (57 logements) présente la particularité d’être située à flanc de falaise. Elle pourrait faire l’objet d’un traitement dans les prochaines années. Le foyer de travailleurs migrants Riquier (290 logements), pourrait lui être proposé pour une démolition-reconstruction à l’horizon 2024, qui prendrait la forme d’une opération mixte combinant résidence sociale classique (176 logements) et pension de famille (25 logements). La résidence sociale de Nicéa Villages (1 013 logements, 26 bâtiments sur 32 000 m² de terrain, est le plus grand établissement de France à accueillir des travailleurs migrants. Côte d’Azur Habitat est propriétaire de ce site, ADOMA assurant la gestion.
Les visites ont été conclues par la pension de famille Astoria (25 logements) située en plein cœur de Nice. La Cilpi a pu apprécier l’engagement et le professionnalisme de l’équipe chargée de suivre les résidents. Elle démontre l’utilité sociale d’un dispositif ayant d’ailleurs toute sa place dans le plan logement d’abord.

Partager cette page